AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez|

♦ Un vague air de famille?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: ♦ Un vague air de famille? Jeu 29 Aoû - 16:17



Ma petite Lua,
Suite à notre conversation d'hier soir, j'ai réussi à trouver quelques informations sur ta demi-sœur. Elle s'appelle Amelia Sheepard, elle a 26 ans et elle habite au sud de l'île, dans le quartiere Blu del Mare.
Je sais que tu brûlais d'envie de la voir, alors profite de ton temps libre. Je rentrerai pour le dîner.
Bises, Papa.


Amelia Sheepard, quartiere Blu del Mare.
Lua fourra le mot de son père dans sa poche et sortit précipitamment. La veille, son père lui avait expliqué toute l'affaire, et cette histoire de fille cachée qu'elle était. Elle avait compris qu'on lui avait menti pendant toute son enfance, lui racontant que sa mère était morte, mais elle n'en ressentait aucune haine pour personne. En fait, elle comprenait. Alors, quand elle avait appris qu'elle avait une demi-sœur, la jeune Fleming avait insisté pour pouvoir la voir. Mettre une réalité sur toute cette affaire.

Amelia Sheepard. Sa sœur?

Lua courait presque sur le chemin qui menait jusqu'au sud de l'île. Absorbée par la relecture de la lettre, elle ne s'aperçut pas qu'un homme, la quarantaine, en costume gris et moustache noire, arrivait dans l'autre sens, et elle lui fonça dedans. Elle se releva en rigolant, s'excusa et aida le pauvre homme à se relever, puis repartit tout aussi vite, sans faire attention au regard sidéré que l'autre lui lançait. Elle ne surprendrait pas qu'une seule personne dans la journée, de toutes façons, pensa-t-elle en pouffant dans sa barbe.

Après plusieurs minutes alternant entre marche rapide et carrément pas de course, la gymnaste entendit enfin le bruit du ressac de la mer, propre au quartier Sud. Elle adorait venir par ici. Les embruns, l'odeur du sel, les jolies maisons bien alignées face à la plage. C'était encore mieux l'été, lorsque l'animation était à son comble.
Arrivée devant les premières maisons, Lua ralentit l'allure et reprit son souffle, avant de commencer à passer les boîtes à lettres au peigne fin. Sheepard... Sheepard... Zut, son père n'aurait pas pu lui donner une adresse un peu plus précise, non? Autant essayer de dégoter une aiguille dans une botte de foin ! En parlant d'aiguille, d'ailleurs, une épine avait l'air de s'être plantée dans la chaussure de la demoiselle. Elle retira ses espadrilles, et les prit dans une main tout en continuant de marcher. Elle avait l'air fine, à présent, à arpenter tout le quartier, penchée sur les noms inscrits sur les sonnettes, et tout cela pieds nus. Elle ferait une bonne impression à sa "nouvelle" sœur, tiens.

Soudain, alors qu'elle commençait à vraiment s'énerver, elle crut voir le nom "Sheepard" écrit sur une boîte aux lettres. Elle revint sur ses pas, revérifia. A. B-Sheepard & K. S.-Lefèvre. C'était là.
On aurait pu croire qu'elle aurait hésité. Qu'elle aurait pensé à rebrousser chemin, ou simplement s'arrêter un moment, histoire de se laisser le temps de contrôler son appréhension, de préparer ce qu'elle allait bien pouvoir dire. Absolument pas. Ç’aurait été bien mal la connaître.
Lua monta les degrés du perron de sa démarche décidée et sonna. Lorsqu'on lui ouvrit, elle détailla la jeune fille qui se tenait en face d'elle. Une rousse, bien jolie d'ailleurs. Avec un regard qui en disait long sur ses interrogations quant au but de la visite de cette gamine de dix-neuf ans, pieds nus et grand sourire aux lèvres.
Lua prit une inspiration et, faute de savoir si elle s'adressait bien à la bonne personne, lança un joyeux :
- Bonjour ! Excusez-moi de vous déranger. Je m'appelle Lua Fleming. Je cherche Amelia Sheepard, est-ce qu'elle est ici ?
Bon d'accord, ça rendait peut-être un peu étrange vu de l'extérieur, mais une bonne dose de bonne humeur n'a jamais fait de mal à personne, et encore moins avant les explications compliquées dans lesquelles elles s'apprêtait à se lancer.

_________________

GIADA LUA TESSA ☆ La hiérarchie c'est comme une étagère, plus c'est haut, plus c'est inutile.
avatar
Je me présente,
G. Lua T. Fleming
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦ Un vague air de famille? Jeu 29 Aoû - 23:38


Amelia se pinça l'arête du nez et ferma les yeux. Puis elle poussa un long soupir. Depuis deux jours qu'elle travaillait sur son projet et elle n'avait pas touché à une seule photo. Enfin techniquement si, elle avait sorti ses photos d'Afrique -tirées à l'imprimerie, ce qui lui avait encore coûté les yeux de la tête- et les avaient éparpillées de partout, espérant trouver un moyen de les sélectionner, de les assembler, de trouver un moyen pour faire quelque chose d'original. Pourquoi ? Parce qu'elle avait en tête de vouloir exposer ses photos. Dans sa tête, l'idée était parfaite. Dans la réalité, ça ne se passait pas comme prévu. Trop de photos, maison pas rangée, rien dans le frigo, Kayla partie on ne sait où, elle seule à la maison avec ses centaines de photos éparpillées de partout. Faut dire que faire tomber la boîte de photos en revenant de l'imprimerie n'avait pas été la meilleure chose à faire .. Du coup elle devait tout re trier, tout remettre dans l'ordre. Et honnêtement, elle n'en avait pas envie. La maison était remplie de photos collées au mur à certains endroits, vaines tentatives d'assemblages, ou posées sur le canapé, un autre tas à même le sol, bref, c'était le foutoir. Depuis deux jours elle n'avait donc réussi à rien, seulement à éparpiller son travail partout autour d'elle, créant un chaos catastrophique.

La voilà qui était donc debout, face à ce monstrueux bazar, à soupirer de colère. Puis elle ouvrit les yeux, prit une grande inspiration, et parcourut  les images des yeux, lentement, comme si elle espérait qu'un miracle divin vienne lui donner un peu de génie. Ses yeux allaient et venaient de droite à gauche, de haut en bas, et ses sourcils se fronçaient de réflexion intense. Puis quelque chose attira son attention. Les couleurs. Et si … le visage d'Amelia s'éclaira soudainement. Elle venait peut-être de trouver la réponse à ses questions. Se lançant alors à travers les photos, attrapant celle qui lui plaisaient et jetant les autres, elle traversait la pièce de part et d'autres, en proie à une intense réflexion, avec une expression de folie sur son visage, comme une dégénérée qui avait oublié son médicament. Une pile de photos contre sa poitrine, retenue par un bras,, la Sheepard débarrassa la table d'un coup avec son autre bras, et déposa ce qu'elle avait dans les mains dessus. Les yeux allant de droite à gauche, ses mains s'agitaient dans tous les sens pour bouger et rebouger chaque photo pour trouver un ensemble parfait.

On sonna à la porte. Amelia ne parut pas entendre. On sonna une deuxième fois. Amelia grogna et secoua la tête en murmurant un ''chut'' d'une voix vive. On sonna une troisième fois. Amelia émit un petit cri de rage et jura en se dirigeant vers la porte.

- Criss de tabarnak d’hostie de calice de ciboire d’étole de viarge !

Oui, ça lui arrive de parler en québécois, ne faites pas attention. Cela lui prenait souvent de sortir des expressions québécoises quand elle était en colère. Une amie québécoise à Paris le lui avait enseigné, et depuis c'était resté, comme une deuxième langue. Bref. Amelia était sur les nerfs, crispa ses mains puis ouvrit la porte, pour découvrir sur son perron une jeune fille qui lui fit un grand sourire, cherchant apparemment à lui parler. Amelia haussa un sourcil puis regarda à peine la jeune en lui répondant.

- Tu viens de la trouver. Tu veux quoi ?

Tout en parlant, Amelia repartit à l'intérieur, récupérant des photos du mur au passage, portant une main à son front, ses méninges tournant à plein régime. Elle avait indirectement invité la jeune à rentrer, ayant laissé la porte ouverte. Ce devait être encore une de ces étudiantes qui demandait de l'aide pour un stage ou des conseils ou d'autres choses du genre. D'habitude, la Sheepard ouvrait avec un grand sourire et faisait la conversation. Mais faut croire qu'aujourd'hui, c'était pas la bonne journée. Vraiment, on aurait dit une folle maniaque à moitié bipolaire qui cherchait profondément dans son imagination quelque chose d'intéressant et d'original à créer. La petite blonde semblait l'avoir suivie, faut croire qu'elle ne reculait devant rien. Ah, ces étudiantes ..

_________________








avatar
Je me présente,
Amelia L. B-Sheepard
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦ Un vague air de famille? Ven 30 Aoû - 13:57


Arrivée à la porte, Lua sonna. Une fois. Elle entendait du bruit à l'intérieur, mais personne ne vint.
Deux fois. Une voix marmonna quelque chose qu'elle ne comprit pas. Elle n'allait sûrement pas abandonner maintenant. Elle était coriace, et l'occupant de cette maison allait bien vite l'apprendre.
Trois fois. Cette fois, la voix hurla des paroles incompréhensibles et la porte s'ouvrit sur une jeune femme rousse, l'air vaguement - vaguement ! - énervé. Lua fit un grand sourire, se présenta et demanda à voir Amelia Sheepard. C'était bien elle, mais apparemment, elle n'était pas de très bonne humeur. La jeune gymnaste suivit sa... sœur - elle avait encore du mal à s'habituer au mot - à l'intérieur, après avoir remis ses espadrilles.

Le désordre était innommable. Un vrai capharnaüm, on se serait cru dans la chambre de Lua. Il y avait des photos partout, sur le divan, les murs, le sol, la table. La jeune fille se pencha sur cette dernière. Y étaient étalées, dans un ordre plus ou moins aléatoires, des tirages de photos représentant Dieu sait quelle cambrousse africaine. Des enfants, un village, une ruelle entre des cases de terre... C'était plutôt joli. Un travail de professionnel.

Lua regarda autour d'elle. Pour la première fois depuis bien longtemps, elle était intimidée. La froideur de l'accueil que la jeune femme lui avait réservé n'y était pas pour rien. Elle s'éclaircit la gorge tandis que l'autre continuait à tourbillonner dans la pièce, l'air absorbé par ses photos.
- Je viens pour, heu... En fait, c'est à propos de... 
Que lui arrivait-il, zut? Est-ce qu'elle avait perdu son légendaire sens de la répartie sur lequel elle avait compté pour trouver les mots dont elle aurait besoin? Et puis, est-ce que cette Amelia ne pouvait pas s'arrêter un peu pour l'écouter? Il y avait un minimum de politesse à respecter, tout de même, même si la Lua, elle en convenait, n'en montrait pas un exemple parfait. Elle gonfla les joues et souffla bruyamment. Et crotte, hein.
- Oh et puis, zut alors. Je suis ta demi-soeur. On a la même mère. Eeeh non, je ne suis pas venue pour un stage de photo.
Elle avait deviné ce que son interlocutrice devait avoir conclu de la présence d'une jeune fille chez elle, étant donné son air exaspéré et la quantité de photos éparpillées un peu partout. En revanche, elle ne savait pas si c'était vraiment convenable de tutoyer la jeune femme, mais elle n'avait pratiquement jamais vouvoyé personne et elle n'avait pas l'intention de commencer.
- J'aime beaucoup ton SALADIER, au fait.
Tout à fait Lua, ça. Dire tout ce qui lui passe par la tête sans se préoccuper du fait que les circonstances s'y prêtent.
Enfin, c'est vrai, quoi, il était magnifique, ce saladier. Bleu, translucide, orné de décorations en relief représentant les branches d'un arbre. Lui aussi débordait de photos. En fait, il y en avait partout. Lua n'avait jamais vu autant de clichés réunis dans un même endroit. Incroyable. Cette fille devait vraiment être passionnée par son travail. En même temps, niveau passion pour son métier, la gymnaste n'avait pas grand-chose à redire.

_________________

GIADA LUA TESSA ☆ La hiérarchie c'est comme une étagère, plus c'est haut, plus c'est inutile.
avatar
Je me présente,
G. Lua T. Fleming
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦ Un vague air de famille? Ven 30 Aoû - 21:03


Amelia avait laissé la jeune fille entrer, sans vraiment se préoccuper de quelconque politesse à respecter, puisque quand elle était dans son art, fallait pas qu'on la dérange. Surtout quand c'était de ces jeunes étudiantes irritables qui venaient pour vous piquer vos idées. Qui en plus venait chez les gens pieds nus -oui, elle l'avait remarquée-, donc qu'on vienne pas lui faire des sermons sur son manque de politesse, ou le bordel qui se trouvait chez elle. De toute façon, elle ne connaissait aucun photographe qui sache organiser correctement ses photos en piles bien définies. Non, c'était pas possible. A moins que le mec soit vraiment maniaque, mais dans ce cas c'était pas un bon photographe. Un bon photographe doit se laisser guider par son imagination, ses idées, son génie. Et quand quelqu'un rentre dans sa bulle, ça éclate.

La rousse était donc en train de traverser la pièce, récupérant au passage quelques photos par-ci par-là avant de les déposer sur la table à côté des autres. Elle attendait que la blondinette expose ce pour quoi elle était là, mais elle paraissait avoir perdu la voix. Et oui ma p'tite, être photographe c'est pas comme on le croit. Tant pis hein, si elle ne voulait pas parler, elle pouvait la regarder s'agiter comme une délurée si ça l'amusait, Amelia n'en avait que faire. Mais c'est alors que la Sheepard se stoppa net. Laissa tomber les photos qu'elle avait dans les mains. Ecarquilla les yeux. Fronça les sourcils. Se retourna.

- Pardon ?

Est-ce qu'elle avait bien entendu ? Cette jeune fille était sa demi-soeur ? Mais ça signifierais que .. sa mère ..? Amelia était choquée. Outrée. Le profond respect et l'amour qu'elle vouait à sa mère tombait en ruines. En l'espace de quelques secondes, la rousse remit en question toute son existence. Une soeur ? Alors qu'Amelia était en train de digérer la nouvelle, sa ..soeur commença à faire des compliments sur son mobilier.

- Euh, merci.. C'est.. sensé représenter un artichaut, en fait. Lui répondit-elle, encore sous le choc. Pour la conversation la plus débile de tout les temps, elles décernaient la palme d'or. Amelia se soutint alors au canapé et passa ses mains sur son visage en inspirant fortement. Puis elle regarda la nouvelle venue d'un oeil curieux et scruteur, peut-être en espérant décerner quelque similitude avec sa mère, qui lui prouverait que ses affirmation étaient vraies.

- Mais.. t'es sûre ? finit-elle par demander. Et comment ça se fait que je ne l'apprends qu'à 26 ans bordel ?!

Sa colère n'était pas dirigée vers la jeune mais vers ses parents. Comment sa mère avait pu faire une chose pareille ? Son père était-il au courant ? Et Melvil alors ? Son frère était-il au courant de cette présumée demi-soeur ? Ouah, trop de questions tourbillonaient dans sa tête et elle du fermer les yeux un instant. Quand elle les rouvrit, ça allait mieux, et elle se rappela qu'elle ne savait même pas le nom de cette jeune blonde. Ah si, elle l'avait dit quand elle s'était présentée. Mais Amelia était trop préoccupée par se photos pour retenir le prénom d'une étudiante qui venait demander des conseils. Si elle avait su..

- Ton prénom c'est comment déjà ? Et assieds-toi, euh.. Tous les canapés étaient remplis d'images. D'un geste rapide, la Sheepard prit les photos et les déposa sur l'autre canapé. Voilà. Tu veux un truc à boire ? La photographe réalisa alors qu'elle en aurait encore plus de boulot à faire le lendemain, vu qu'aujourd'hui elle ne risquait pas de toucher à grand chose d'autre. Mais qu'importait, elle venait de découvrir qu'elle avait une demi-soeur, et ça, c'était le plus important pour le moment.

_________________








avatar
Je me présente,
Amelia L. B-Sheepard
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦ Un vague air de famille? Dim 1 Sep - 10:02

La jeune femme continuait d'évoluer dans la pièce, et s'arrêta net lorsque Lua lui apprit la nouvelle. A voir son expression, la jeune fille eut peur que la rousse ne fasse un malaise, et se précipita vers elle, affolée.
- Euh, ça va? J'y suis peut-être allée un peu cash, désolée. Je... Hmm... Ça va mieux ? , demanda-t-elle quand Amelia eut un peu repris ses esprits.
Celle-ci lui apprit alors que le saladier représentait en fait un artichaut. Lua rigola.
- Ah bon, fit-elle. Je croyais que c'était la représentation d'une scène de LITTÉRATURE russe.
Et voilà le dialogue le plus surréaliste au monde, pensa-t-elle, amusée. Deux inconnues venant d'apprendre qu'elles sont demi-sœurs qui parlent de saladiers, d'artichauts et de littérature. C'était à croire qu'elles étaient toutes les deux folles à lier. Enfin, surtout moi, pensa la Fleming. Elle pouffa, mais reprit vite son sérieux lorsqu'elle vit qu'Amelia, elle, ne riait pas du tout.
- Ah oui, je te dois peut-être quelques explications, effectivement. Moi-même, hier à la même heure, je ne savais rien de tout ça.
Il y eut un silence pendant lequel chacune était plongée dans ses pensées. Lua, elle, se demandait par où elle allait bien pouvoir commencer son récit. Ah oui, par le début, tiens, bonne idée.

Lorsque la rousse lui redemanda son nom et lui proposa quelque chose à boire, la jeune gymnaste sourit et répondit :
- Lua Fleming. Un verre d'eau m'ira très bien, merci beaucoup. A moins que tu aies du milk-shake framboise-banane-chocolat en réserve, mais ça m'étonnerait. (a)
La jeune fille attendit que sa... sœur (il fallait vraiment qu'elle s'entraîne à la considérer comme telle, parce que là, c'était pas gagné) fut revenue avec les boissons pour commencer son récit.
- Apparemment, tu avais tout juste sept ans quand ta... euh, notre mère est partie en Angleterre pour son travail. Elle y est restée deux ans, et... c'est là que je suis née. Elle est repartie un an plus tard et, ne pouvant évidemment pas me ramener ici sous peine de déclencher un scandale, elle m'a laissée à mon père, qui m'a fait croire, jusqu'à hier, qu'elle était morte dans un accident de voiture. Jusque-là, tu suis?
Elle posait la question parce que, elle-même, la veille, avait eu du mal à encaisser toutes les informations d'un seul coup. Elle préférait donc laisser à Amelia le temps d'assimiler l'histoire par petits bouts.
- Il y a cinq ans, mon père a été muté ici. Je croyais que c'était un pur hasard, qu'il avait simplement demandé un endroit plus ensoleillé que Plymouth, mais en fait, il voulait retrouver notre mère, et il savait qu'elle habitait sur l'île.
Ça, par contre, Lua n'arrivait toujours pas à y croire. Pourquoi son père avait-il décidé, treize ans après son départ, de retrouver une femme qui l'avait abandonnée? Et par quel mystérieux hasard sa meilleure amie et sa mère habitaient-elle sur cette même île perdue au large de l'Italie, si loin de chez elle, en Angleterre? Tout ça dépassait l'entendement mais, après tout, la jeune fille n'avait pas tellement l'habitude de s'attacher à la rationalité des choses.
- Pendant cinq ans, il a cherché, sans rien trouver. Et puis, il y a une semaine... Il t'a aperçue dans la rue. Oh, tu avais changé, bien sûr, mais il t'avait reconnue d'après les photos de toi qu'il avait vue à l'époque où elle était enceinte de moi. C'est là qu'il m'a raconté toute l'histoire. Et, ce matin, il m'a laissé une lettre avec ton nom et ton adresse. Parce que je lui avais dit que j'avais besoin de te voir. Regarde.
Lua déplia la lettre de son père qu'elle avait toujours dans sa poche. Elle regarda la jeune femme d'un air anxieux tout en buvant son verre, posé devant elle. Elle espérait qu'elle tenait le coup. Pour Lua, déjà, ça avait été assez difficile, même si elle avait plutôt vite réagi. Mais elle savait que ce serait sûrement plus dur pour Amelia. Ne serait-ce que parce que, elle, elle avait connu cette mère qu'elle avait cru morte jusque-là. La jeune gymnaste grimaça. Elle savait que son père lui avait caché la vérité pour son bien, mais elle n'aimait pas qu'on lui mente, et ce mensonge-là en était un de belle envergure.

_________________

GIADA LUA TESSA ☆ La hiérarchie c'est comme une étagère, plus c'est haut, plus c'est inutile.


Dernière édition par G. Lua T. Fleming le Lun 28 Oct - 7:34, édité 1 fois
avatar
Je me présente,
G. Lua T. Fleming
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦ Un vague air de famille? Mer 18 Sep - 18:56


On lui aurait appris qu'une banane avait épousé une patate, Amelia n'aurait même pas eu cet effet. A l'annonce de la nouvelle, elle était totalement déboussolée. Perdue. Elle en laissa tomber les photos qu'elle avait dans les mains et porta une main à son front en fronçant les sourcils. Elle avait du mal à penser que sa mère aurait pu faire une chose pareille. Elle n'arrivait même pas à penser le terme. Elle se refusait à croire que c'était vrai. C'était juste pas possible. Comment sa mère, si douce et avenante, qu'Amelia adorait plus que tout au monde, aurait pu ..? Bref, des questions tournaient en boucle dans sa tête, sans réponses claires. Vaguement elle répondit aux remarques de Lua sur son mobilier mais elle restait distraite, ailleurs. Puis finalement elle reprit ses esprits en laissant place à de la colère. Colère contre elle, pour ne rien avoir vu venir, pour sa mère, pour ne rien lui avoir dit, pour le père de cette présumée demi-soeur qui avait laissa sa mère tromper son père. Voilà, elle l'avait dit. Tromper. Et elle ressentit immédiatement un pincement au coeur. C'était horrible.

Finalement, Amelia invita enfin Lua à s'asseoir et partit lui chercher de l'eau, trouvant étrange sa demande de milk-shake. En temps normal elle aurait bien souri, mais la situation ne s'y prêtait pas vraiment. Peut-être qu'elle faisait tout un drame pour rien, mais pour la Sheepard, découvrir à 26 ans qu'elle avait une soeur, c'était quand même un énorme choc. Posée contre le plan de cuisine, en attendant que l'eau de son thé chauffe, Amelia avait les pensées qui tournaient à 300 à l'heure. Elle ne pouvait s'empêcher, maintenant qu'elle le savait, de reconnaître en Lua quelques traits de sa.. leur mère. Les yeux, le nez, la posture.. Et elle avait du mal à savoir si elle l'acceptait. Dans sa jeunesse, elle avait toujours rêvé d'avoir une soeur. Un grand frère c'est cool, mais une petite soeur c'est mieux. Et savoir qu'elle avait un soeur de 20 ans chamboulait un peu toute sa vie, et ses sentiments avec. Devait-elle l'aimer, la haïr ? Grande question. Le sifflement de la bouilloire la sortit de ses pensées juste avant qu'elle prenne une décision. Elle poussa un soupir, se versa de l'eau dans la tasse avec un sachet de thé, et revint dans le salon, où elle déposa le verre et la tasse sur la table basse, avant de s'asseoir.

- Voilà. Je t'écoute.. lui dit-elle avec un faible sourire forcé. Elle ne savait pas si elle était prête à encaisser ces informations, mais valait mieux maintenant que jamais.

Amelia vit que Lua était un peu fébrile, qu'elle cherchait sûrement ses mots pour expliquer le moins brusquement possible ce qui s'était passé. Puis elle commença, et la Sheepard l'écouta attentivement, comme pour trouver un de ces petits détails qui rendrait l'histoire impossible. Mais malheureusement, tout concordait. Le voyage de sa mère en Angleterre surtout, voyage qui avait beaucoup chamboulé Amelia à l'époque. Oui, elle devait bien avoir sept ans, et c'était la période où elle avait eu besoin de sa mère plus que jamais. Bien sûr, elles parlaient souvent par téléphone ou par lettres mais trois ans sans une mère, cela avait été difficile à digérer, même pour la rousse, qui était de nature battante. Amelia se rappela alors de cette période avec tristesse, réalisant combien ces années avaient eu un impact sur la jeune fille, que c'était peut-être ça l'origine de son envie de voyager, de partir à Paris, de s'éloigner d'elle comme pour se venger de son absence trop longue. Et maintenant, maintenant qu'Amelia apprenait la vérité, elle avait envie de pleurer. De la colère emplit son esprit, mais ce fut les larmes qui lui parvinrent aux yeux. Clignant des yeux et reniflant doucement, Amelia tenta de repousser ces larmes qui coulaient toutes seules. Elle enfouit son visage entre ses mains, pendant que la Fleming continuait son histoire, leur histoire. Son thé refroidissait, sûrement, mais Amelia se rendit compte qu'elle ne pouvait rien avaler. C'était déjà trop de choses à digérer, et elle ne savait même pas si elle sortirait de cet état un jour. Elle l'espérait. Mais pour l'instant, elle s'autorisait à laisser couler ses larmes, à digérer la nouvelle, même si cela la faisait paraître bête aux yeux de sa demi-soeur. De toute façon, elle n'en avait jamais eu rien à faire de ce que les autres pensaient, et si quelqu'un s'avisait à se moquer de sa réaction, face à cette nouvelle, il passerait un mauvais quart d'heure. Bref.

La rousse releva la tête et prit un grand soupir en essuyant ses petites larmes, avant d'attraper la tasse de thé entre ses mains. C'est bon, c'était encore chaud. Tandis que ses mains se réchauffaient au contact de la céramique orange, Amelia leva son regard et le posa sur l'invitée, qui ressemblait de plus en plus à sa mère, dans son esprit. Mais elle avait l'air tellement adorable que la photographe n'arrivait pas à la haïr. Elle hochait la tête à ses propos et parfois fronçait les sourcils, pour essayer de mieux suivre et comprendre. C'est là que Lua lui parla d'une lettre. Intriguée, Amelia déposa la tasse sur la table, attrapa la lettre des mains de Lua, et posa son regard dessus. Elle secoua alors la tête en signe d'étonnement profond. Pendant tout ce temps, on l'avait suivie ? On avait cherché son nom, peut-être regardé son courrier ? Et elle n'avait rien vu ? Elle n'en revenait pas. C'était comme si elle découvrait un tout autre monde, un monde auquel elle appartenait sans même le savoir.  

- Putain... fit-elle alors en soupirant et en passant ses mains sur son visage. Mais c'est pas possible ..! murmura-t-elle pour essayer de se convaincre. Mais tout était réellement concret, et Amelia ne trouvait rien pour contre argumenter ce fait. Elle marqua une pause avant de s'intéresser de nouveau à sa soeur. Tu le sais depuis quand toi ? Et pourquoi tu tenais tant que ça à me rencontrer ?

C'est vrai ça, après tout, pour quelle raison cette demi-soeur avait-elle eut l'envie de débarquer pour chambouler la vie d'Amelia ? N'aurait-elle pas pu garder ça pour elle ? De ce côté là, Amelia était un peu en colère. Mais de l'autre côté, cela lui permettait d'ouvrir les yeux sur le comportement de sa mère, et de mettre le doigt sur ces petites choses qui avaient troublées la jeune rousse, quand sa mère était revenue d'Angleterre. Car même sans le savoir, elle avait toujours su au fond d'elle-même que sa mère avait changé en trois ans. Mais elle n'avait jamais réussi à mettre le doigt dessus, jusqu'à aujourd'hui.

- Du coup, tu dois savoir que t'as aussi un demi-frère non ? Rajouta-t-elle ensuite. Lua avait bien parlé de son père et d'Amelia, mais Melvil dans cette histoire alors ? Amelia l'avait oublié, momentanément. Son frère était très mal depuis que sa femme était décédée, et Amelia n'avait pas supporté son comportement envers ses enfants, Chelsea et Nick. Depuis, il ne s'étaient pas reparlés, et elle n'avait aucune nouvelle. Peut-être serait-ce un bon moyen de reprendre contact, éventuellement. Peut-être valait-il mieux le laisser en dehors de tout ça, en fait. Bref, ce n'était pas la question pour le moment de toute façon, et puis cela dépendrait de l'avis de Lua, après tout.

Désolée du retaaard

_________________








avatar
Je me présente,
Amelia L. B-Sheepard
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦ Un vague air de famille? Dim 22 Sep - 16:04

Elle parla. Longtemps, presque sans s'arrêter, de peur de perdre le fil de son récit, ne se ménageant de courtes pauses que pour laisser le temps à Amelia d'assimiler les informations. Lua paraissait détendue, presque détachée de cette affaire qui la touchait jusqu'au plus profond de son cœur. Toute sa vie elle avait envoyé des prières muettes à sa mère qu'elle croyait morte, disparue à jamais dans le néant sans rien lui laisser, pas même un souvenir, un parfum, le son d'une voix. Sans espoir de retrouvailles. Et voilà qu'en une parole, tout avait changé. Mais elle ne l'avait pas vraiment réalisé jusqu'à ce que ça soit à elle de déballer toute l'histoire, de mettre ses propres mots, son point de vue à elle sur l'affaire. Elle avait cru être la fille unique d'un couple séparé trop vite, elle n'était qu'une bâtarde née d'une union hasardeuse, malencontreuse et rapidement oubliée dans l'intérêt d'une seule des protagonistes. C'était injuste, écœurant de mensonge, elle s'en rendait compte à présent. Seuls les dix-neuf ans qui s'étaient écoulés depuis avaient réussi à effacer la douleur qu'elle aurait dû ressentir à cet instant précis. Non, cela ne lui faisait pas mal. C'était juste bien trop compliqué de se rendre compte, comme ça, tout d'un coup, que tout ce que vous avez cru dans votre enfance et votre adolescence n'était que menteries.

Perdue dans ses réflexions et ses paroles, elle ne remarquait pas les larmes de sa "nouvelle" sœur. Lorsqu'elle eut fini son récit, la rousse avait essuyé ses larmes. Sauf que ce fut à la blonde d'en verser lorsqu'elle entendit la question. Cette question. Dure, froide, Lua la reçut en plein cœur comme un coup de poignard. Elle n'était pas du genre à pleurer pour ce genre de choses, en général, elle avait de la répartie et répondait à n'importe quelle pique du tac au tac avec un cynisme désarmant, mais là, c'était trop d'émotions accumulées, et la Fleming se mit à sangloter silencieusement. C'était la première fois qu'elle pleurait depuis très longtemps, étant de nature positive et joyeuse et, finalement, se lâcher, pour une fois, laisser libre cours à son côté sensible et fragile, cela lui faisait du bien. Mais il y avait toujours cette question, à laquelle il lui fallait répondre, à laquelle, au fond, elle s'était attendue mais dont elle n'avait pas voulu admettre que l'autre aurait le courage de la poser.

Pourquoi avait-elle tant tenu que ça à rencontrer sa soeur? C'était stupide, elle n'avait pas à chouiner pour ça, il n'y avait rien de dramatique là-dedans, n'est-ce pas?
Sauf que Lua, à partir du moment, quelques dix-neuf heures plus tôt, où elle avait su qu'elle avait une demi-sœur, s'était mise à rêver que sa famille déchirée pourrait se retrouver et vivre heureuse, sans vouloir se l'avouer, parce que ce n'était pas le genre de choses auxquelles elle pouvait se permettre de penser. Et entendre, comme ça, qu'elle aurait très bien pu laisser Amelia en-dehors de tout ça, que ne pas l'avoir rencontrée et ne rien lui avoir dit aurait été beaucoup mieux - ce n'était pas exactement ça, mais le sous-entendu y équivalait -, cela la choquait, au plus profond d'elle-même, cela la blessait bien plus que la révélation qu'on lui avait menti vingt ans durant. Mais son sens de la répartie reprit le dessus. La vraie Lua n'était jamais loin, toujours prête à se défendre. Lua Fleming se relevait toujours.
- Depuis hier soir. Mon père m'a raconté toute l'histoire alors que je rentrais tout juste du travail.
Elle prit une grande inspiration, histoire de préparer un minimum ce qu'elle allait dire, que ça ressemble à quelque chose d'à peu près structuré.
- Et pour répondre à ta question... Eh bien, il m'a semblé que ce ne serait pas bien de te laisser vivre encore dans le mensonge. Personnellement, je trouve ça suffisamment inacceptable que l'on nous aie menti pendant tout ce temps, alors je voulais que la vérité soit connue de toutes les personnes impliquées avant que tu ne l'apprennes autrement, et pas forcément de la bonne manière.
Elle respira profondément encore une fois. C'était bien joli, mais elle avait encore une autre raison d'être venue rencontrer la photographe, plus difficile à formuler sans être blessante ou je-ne-sais-quoi.
- Et puis, je... Désolée, je ne sais pas trop comment formuler ça, mais je crois que j'avais besoin de te voir parce que je voulais avoir une... Une sorte de preuve que tout cela était bien vrai. Mettre une réalité sur tout ça.
C'est alors que Amelia parla d'un frère. Lua ouvrit de grands yeux étonnés. Elle n'en avait pas entendu parler, et il ne lui semblait pas que son père en avait connaissance non plus. Il l'aurait au moins évoqué, autrement.
- Un frère?
Un frère. Voilà encore autre chose. Encore une personne de plus impliquée dans cette affaire invraisemblable. Un mensonge de plus.


_________________

GIADA LUA TESSA ☆ La hiérarchie c'est comme une étagère, plus c'est haut, plus c'est inutile.
avatar
Je me présente,
G. Lua T. Fleming
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦ Un vague air de famille? Sam 26 Oct - 10:29


Amelia lui sourit. Elle n'avait pas voulu lui répondre si sèchement, mais faut dire que ça lui en faisait beaucoup d'un coup, et sa vie était déjà assez perturbée comme ça. « Merci. » lui dit-elle simplement en gardant son sourire. Lua avait voulu bien faire, et elle avait raison, l'apprendre d'une autre manière, ou ne jamais l'apprendre aurait pu être pire. Au moins, Amelia savait maintenant qui était ses parents et ce que sa mère avait fait, et elle ne perdrait pas de temps pour lui dire. Mais cela pouvait attendre, en attendant, sa demi-soeur était devant elle, et Amelia avait elle aussi une réalité à lui dire. Lui parler de leur frère. Sa demi-soeur s'excusa alors, en disant qu'elle avait besoin d'une preuve que tout ça soit réel. « Je comprends, ne t'inquiètes pas. Déesolée à mon tour, c'est un peu dur à digérer, je n'ai pas voulu être méchante.. » Puis elle demanda à la blonde si elle savait qu'elle avait aussi un demi-frère, et à l'expression de celle-ci, Amelia en déduisit que son père ne savait pas toute l'histoire non plus.. Quel bazar !  

« Oui, j'ai un grand frère. Melvil. Il est à San Sombrèro aussi, mais.. je ne lui ai pas parlé depuis bien longtemps. Vaut mieux t'en tenir éloignée, autant que possible. Et oui, ma famille, enfin.. la notre.. n'est pas une grande famille parfaite, désolée de te l'apprendre.. » fit-elle tristement. Il y a quelques temps, Amelia pensait encore qu'il n'y avait que son frère qui avait mis le bordel dans les relations familiales. Mais avec la révélation de Lua, elle découvrait aujourd'hui que ce n'était pas le cas, et cela la rendait encore plus malheureuse.. Elle essuya ses joues humides et reprit une gorgée de son thé. Maintenant qu'elle avait plus ou moins digéré la nouvelle, elle s'autorisait à sourire et à apprendre à connaître sa demi-soeur. Après tout, n'avait-elle pas toujours rêvé d'avoir une soeur ?

- Mais dis-moi tout. Tu as parlé d'un travail, tu bosses dans quoi ? Et ça fait longtemps que t'es arrivée ?  

_________________








avatar
Je me présente,
Amelia L. B-Sheepard
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦ Un vague air de famille? Lun 28 Oct - 8:31

Lua, après une bonne - et inhabituelle - crise de larmes, sortit un mouchoir de sa poche et essuya les perles salées qui roulaient encore sur ses joues, avec un petit rire nerveux. Qui s'arrêta net quand Amelia lui parla d'un frère. Melvil, qui apparemment avait pris ses distances avec la famille, ou quelque chose dans ce genre. Lua était curieuse de connaître la situation plus en détail, mais elle préféra se retenir de poser des questions qui auraient pu paraître indiscrètes, ou mettre sa demi-sœur mal à l'aise.

Demi-sœur. Elle avait encore du mal à en revenir. Et pour couronner le tout, elle avait aussi un demi-frère qui semblait avoir mis un fichu bazar dans la famille, même si la jeune fille en ignorant les tenants et les aboutissants. Enfin, au point où on en était, un peu plus de bazar, ou un peu moins, ça n'avait plus beaucoup d'importance, la situation semblait déjà tellement absurde que la Fleming se demandait comment elle pouvait encore s'étonner de quoi que ce soit.

C'est alors que Amelia lui posa quelques questions sur son travail, et depuis quand elle était à San Sombrèro.
- Je suis gymnaste, répondit la jeune fille, toute fière de son métier qu'elle aimait tant. Et je suis arrivée ici il y a cinq ans. J'habite dans le centre-ville.

Elle se remit à contempler les photos qui envahissaient le salon de la Sheepard. Elles étaient magnifiques, mais sa... sœur faisait sens d'un beau sens du bordel organisé. Voilà qui constituait un point commun non négligeable. Un bon point pour la rousse, pensa Lua avec un sourire.

- Et toi, tu dois être photographe, j'imagine. Tous ces clichés sont magnifiques. Tu es allée en Afrique? C'est génial!

Bon, la jeune fille avait retrouvé sa bonne humeur et son entrain, c'était déjà ça.

_________________

GIADA LUA TESSA ☆ La hiérarchie c'est comme une étagère, plus c'est haut, plus c'est inutile.
avatar
Je me présente,
G. Lua T. Fleming
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦ Un vague air de famille? Dim 10 Nov - 14:06


Amelia était beaucoup plus calme, et même si la douleur qu'elle ressentait vis-à-vis du mensonge de sa mère était encore présent, les larmes avaient cessé et la jeune rousse avait décidé d'apprendre à connaître sa demi-soeur. Elle lui demanda alors ce qu'elle faisait et quand elle était arrivée en ville. Elle qui avait toujours voulu une soeur, elle était servie ! Avec Melvil, ils avaient toujours été proches mais de toute évidence, un frère n'était pas une soeur, et Amelia avait du remplacer une soeur non-existante par beaucoup d'amies. Tellement qu'au final elle n'en avait gardé aucune, de Paris. Mis à part Kayla. D'ailleurs elle ne savait pas si elle devait annoncer à Lua qu'elle était homosexuelle.. Etait-ce quelque chose à dire ? Mais comment le dire ? C'était compliqué. Non pas qu'Amelia ne s'assumait pas, loin de là, mais elle ne connaissait pas encore cette jeune brunette, et ne savait pas trop si elle étai du genre à être indifférente ou carrément contre. Valait mieux être prudente. Amelia ne voulait pas perdre sa soeur, pas maintenant qu'elle en avait enfin une ..!

Lua lui répondit donc qu'elle était gymnaste, et qu'elle était en ville depuis cinq ans. Cinq ans. Et dire qu'elles avaient pu se croiser, sans savoir qu'elles étaient de la même famille.. Amelia soupira mais sourit, voyant que Lua paraissait être passionnée par ce qu'elle faisait.
« Gymnaste ? Ouah, c'est top ça ! Je savais même pas qu'il y avait un club dans le coin, tu vois. dit-elle, étonnée. T'en fais depuis longtemps non ? »

Puis elle répondit à son tour aux questions de la jeune Fleming.

« Photographe oui. C'est à la fois mon métier et ma passion ! Je sais qu'on dit qu'il ne faut pas faire les deux, et j'avoue que cela m'a causé des problèmes.. pensa-t-elle tout haut. Avec Kayla, c'était la photo l'une des raisons de leurs disputes. Enfin, je m'en fiche, je ne verrais pas ma vie sans ça ! S'écria-t-elle. Puis Lua parla de l'Afrique. Oui j'en reviens. J'y ai passé quelques temps, deux ans et quelques au total. Je suis revenue en début d'année. C'est vraiment une expérience fascinante ! »

Puis elle parcourut du regard les clichés éparpillés dans la pèce.
« Mais comme tu peux le voir, c'est du boulot. J'arrive pas à m'en sortir, c'est dingue ! » rit-elle, finissant sa tasse de thé. Finalement, le dialogue lui venait plutôt naturellement avec cette nouvelle soeur. Tant mieux.

_________________








avatar
Je me présente,
Amelia L. B-Sheepard
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦ Un vague air de famille? Sam 23 Nov - 10:20

Lua ne savait plus vraiment où donner de la tête, avec toutes ces photos autour d'elle, toutes plus belles les unes que les autres. La jeune fille avait toujours eu un côté artiste, mais, avec la vie trépidante qu'elle se forçait presque à mener, elle n'avait jamais vraiment eu le temps - ou pris le temps - pour s'initier à la photo, ou quelque autre art que ce soit. Elle aurait voulu faire de la musique, du patin, de la danse, du théâtre, du dessin et de la peinture... Mais entre la gym et ses amis, elle n'avait plus le temps de rien faire, et, quand elle avait un peu de temps libre, elle était tellement crevée que tout ce qui pouvait l'intéresser était un bon Disney.

Et c'est ainsi que la demoiselle Fleming passait à côté d'un million de choses intéressantes, mais elle s'en fichait, son métier lui suffisait. Et justement, Amelia lançait la conversation dessus, et Lua, qui adorait parler de ce qu'elle faisait, n'allait pas s'en priver.

- J'ai commencé quand j'avais quatre ans, rigola-t-elle lorsque sa... demi-sœur - décidément !- lui demanda depuis combien de temps elle pratiquait, mais je suis en pro depuis deux ans seulement.

Puis, lorsque la rousse répondit à ses questions, mentionnant que son métier était à la fois son métier et sa passion, et que ce n'était pas forcément un bon mélange mais qu'elle ne pouvait plus s'en passer, la jeune gymnaste rit de bon cœur.
- Je connais ça, c'est vrai que parfois, c'est franchement casse-pieds, mais qu'est-ce que ça peut être addictif !
Elle rit encore et reprit :
- Enfin, casse-pieds... Surtout pour l'entourage.
Oui, elle avait pas mal d'amis qui n'en pouvaient plus des " non, désolée, je peux pas venir ce soir, j'ai gym' ", ou des " merde, ce jour-là, j'ai compet' " Oui, parfois, elle soulait tout le monde avec ses enchaînements et ses courbatures. Oui. Mais bon sang, elle ne savait pas comment vivre sans. Ça relevait de l'impossible, en fait.

Ensuite, Amelia parla de l'Afrique où elle avait passé deux ans. La blonde s'imagina la terre d'argile, les villages, les enfants des rues, tous ces clichés que trimballent les européens, mais qu'y pouvait-elle?
- T'as de la chance, ça devait être vraiment cool. Pour ma part, le plus au Sud où je suis jamais allée, c'est ici même !
Enfin, elle espérait bien remédier à ça. Les Jeux Olympiques de Rio, en 2016, se profilaient à l'horizon. Lua aurait alors 23 ans, elle avait une chance de pouvoir y participer dans l'équipe d'Italie. Le Brésil, c'était bien au Sud, en principe.

Quand sa demi-sœur avoua qu'elle avait un peu de mal à s'en sortir avec toutes ses photos, Lua se remémora soudain le deuxième nom inscrit sur la boîte aux lettres de la maison. K. S.-Lefèvre, un - ou une - colocataire? Dans une grande maison comme ça?
- Oui, je vois ça, fit Lua en riant une nouvelle fois. Je suis un peu pareille, c'est toujours le bazar, chez moi. Mais, euh, ajouta-t-elle en hésitant, de peur d'être indiscrète, ça n'embête pas la... Personne qui vit avec toi? J'ai vu que tu n'étais pas toute seule dans la maison.
Lua voulait en connaître plus sur sa soeur, qu'y avait-il de mal à cela?

_________________

GIADA LUA TESSA ☆ La hiérarchie c'est comme une étagère, plus c'est haut, plus c'est inutile.
avatar
Je me présente,
G. Lua T. Fleming
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦ Un vague air de famille? Sam 14 Déc - 20:30


 Amelia ouvrit grand les yeux. « Quatre ans ! Mais c'est dingue. » s'exclama-t-elle. « Moi je n'ai jamais vraiment eu la fibre sportive ! Sauf si la marche à pied ça compte ? » Amelia rit. Elle marchait beaucoup lors de ses excursions photographiques mais ce n'était certainement pas du sport, et encore moins du sport à haut niveau comme Lua. « Pro depuis deux ans, punaise. Tu veux en faire ton métier j'imagine ? »

Les filles parlèrent alors du lien entre métier et passion. « Ouiii, pas vrai !? » dit Amelia d'une voix forte, pour appuyer la pensée de la Fleming. « C'est fou comme on ne peut vraiment pas vivre sans ! Je croyais être la seule à penser ça, merci de me rendre moins seule ! » rajouta-t-elle avec un grand sourire. Enfin quelqu'un qui pouvait la comprendre. Les personnes qui comprenaient ce qu'elle vivait se faisaient rares, et apprendre que quelqu'un -et sa demi-soeur en plus !- vivait la même chose, cela lui remontait le moral. Elle avait tout d'un coup moins l'impression d'être seule au monde, tiens.

La rousse parla alors de l'Afrique et de ses photos. Elle vit des étoiles dans les yeux de Lua qui lui avoua qu'elle n'était pas allée plus au sud que l'Italie. « C'est vrai ? Et bien si j'y retourne un jour je t'emmène avec moi, promis ! » Et elle tiendrait sa parole. Quoique cela pourrait provoquer quelques tensions avec Kayla. Comment expliquer qu'elle emmènerait sa soeur et pas sa petite-amie ? Elle ne voyait pas de réponse. Peut-être qu'elles pourraient partir à trois, à la limite. Enfin, pour l'instant, aucun voyage n'était prévu, Amelia étant bien assez occupée à San Sombrèro. « Tu t'y connais un peu en photo ou pas du tout ? » demanda-t-elle alors. Si jamais un voyage se profilait, valait mieux savoir si elle pouvait compter sur une main en plus.

Lua interrogea alors la rousse sur la présence de Kayla. On en venait à la partie qu'Amelia redoutait le plus. Elle ne voulait pas perdre son unique soeur, dans le cas où elle serait totalement anti-homosexuels. Mais elle ne voulait pas non plus mentir, ni cacher Kayla, ce qui impliquerait qu'elle n'est pas à l'aise avec ce qu'elle est, ce qui n'est pas du tout le cas. Amelia tenta alors le tout pour le tout. Si Lua ne l'acceptait pas, c'était qu'elle pouvait aller de trouver une autre soeur ailleurs. « Oui, Kayla ! Et non ça ne la dérange pas elle est habituée depuis le temps ! C'est ma petite-amie. » lança-t-elle directement. Comme on dit, ça passe ou ça casse. 

_________________








avatar
Je me présente,
Amelia L. B-Sheepard
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦ Un vague air de famille? Sam 28 Déc - 20:26


Il était une fois une petite fille dont la mère était morte et qui n’avait pas de frères et sœurs, mais au final sa mère n’était pas morte et elle avait des frères et sœurs. Parfaitement. Ça pouvait sembler ridicule, et ça l’était, toute cette histoire était ridicule mais, au final, c’était ça et ce n’était peut-être pas plus mal. Lua avait maintenant une sœur, qui avait l’air formidable. Elle le pensait vraiment, sincèrement. La jeune fille n’avait pas vraiment tendance à admirer des gens ou à se chercher des modèles, et ce n’était pas le cas avec Amelia, mais rien qu’avec la brève conversation qu’elles venaient d’avoir, la Fleming commençait à bien aimer cette demi-sœur sortie de nulle part. Elle lui ressemblait un peu, à première vue, passionnée et joyeuse. C’était peut-être un trait de famille, pourquoi pas ?

Lorsque la rousse lui demanda si elle comptait faire de son activité principale un métier, après s’être étonnée sur son expérience, la jeune gymnaste sourit et haussa les sourcils, perplexe.
— Eh bien… Je le considère déjà comme mon métier, en fait, mais peut-être que ça ne l’est pas, vu que j’habite encore chez mon père. Je sais pas. Mais, oui, si c’est la question, je compte bien faire carrière dans la gym.

La conversation dériva alors tout naturellement sur le lien entre métier et passion, puisque la Sheepard, elle aussi, avait fait ce choix en vivant de sa photographie. Cette dernière s’exclamait justement qu’elle se sentait moins seule à ne pas pouvoir vivre sans sa profession. Lua rit et acquiesça.

Et l’échange entre les deux jeune femmes changea encore de sujet, passant aux voyages. Amelia évoqua l’idée d’emmener sa demi-sœur en Afrique avec elle quand elle y retournerait. A cette seule idée, la blondinette ouvrit des grands yeux ronds et entrouvrit la bouche, abasourdie, elle devait avoir l’air d’un poisson mort mais tant pis. Aller en Afrique. Avec sa sœur. Tout ça devenait complètement absurde, mais tellement génial. Elle se reprit rapidement et s’esclaffa quand la photographe lui demanda si elle avait quelques notions dans ce domaine.

— Absolument pas. Je n’ai jamais touché à un appareil de ma vie, sauf peut-être pour appuyer sur le bouton-déclencheur de celui de mon téléphone. Désolée, fit-elle en riant.

Après cela, arriva le moment où Amelia répondit à la question que Lua avait posée, à propos de la personne habitant avec elle, un ou une certain(e) K. S.-Lefèvre. Et la réponse ne se fit pas attendre, quoiqu’elle désarçonna un peu la jeune fille. Sa petite amie. Woah. En plus d’avoir la passion et la joie de vivre en commun, les deux sœurs avaient en plus la bisexualité, voir l’homosexualité, elle ne savait pas à quel point Ame’ en était et elle estimait que les questions indiscrètes suffisaient pour cette fois-là, bien que ce ne soit pas vraiment dans la nature de Lua de se gêner pour poser ce genre de questions. Enfin, voilà, la jeune fille était contente, sans savoir pourquoi. Après tout, ça n’aurait dû rien changer pour elle, elle se fichait éperdument de l’orientation sexuelle des gens qui l’entouraient, mais tout de même, elle trouvait ça cool. Au moins, elle n’aurait pas peur de lui présenter Anto’ si leur faux couple perdurait - et pour le moment, Lua avait le sentiment que c’était plutôt compromis, mais c’était une autre histoire.

Devant l’air presque inquiet de son interlocutrice face à sa réaction, la blonde sourit et la rassura :

— Pas d’inquiétudes, je ne vais pas partir en courant. Je suis moi-même bisexuelle, alors bon, c’est pas comme si le fait que tu aies une petite-amie me dérangeait. Kayla, tu dis ? C’est chou ! Vous vivez ensemble depuis longtemps ?

_________________

GIADA LUA TESSA ☆ La hiérarchie c'est comme une étagère, plus c'est haut, plus c'est inutile.
avatar
Je me présente,
G. Lua T. Fleming
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦ Un vague air de famille?

Je me présente,
Contenu sponsorisé
profil +
Revenir en haut Aller en bas

♦ Un vague air de famille?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Petite excarpate [PV: Vague Hirondelle et Cannabis]» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)» Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo]» Deux nouveaux amis de la même famille (PV avec nuage de feu)(fini)» Quand on est au creux de la vague...
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
better than revenge ::  :: quartiere blu del mare :: A. B-Sheepard & K. S-Lefèvre-
Sauter vers: