AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez|

"I can feel again" Amelia L. Bowel-Sheepard /HOT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: "I can feel again" Amelia L. Bowel-Sheepard /HOT Mer 7 Aoû - 13:10


Flashback : Je n’arrivais pas à croire qu’elle venait de claquer la porte. Il y a quelques instants plus tôt, je m’étais jurée de ne pas la laisser partir mais c’est ce qu’elle venait de faire. Amelia venait de partir de la maison et venait de mettre fin à notre relation. Je ne savais pas quoi faire, ni quoi dire. J’étais juste en train de fixer la porte en espérant la voir réapparaître et me sauter dans les bras comme la fois où elle était revenue deux jours sans que l’on se parle. Mais non, elle n’était pas là, elle était partie et pour de bon. J’étais seule dans cette maison avec tous ces souvenirs. J’étais livrée à mon passé alors qu’elle venait de partir pour son futur. J’étais coincée ici, et elle, elle prenait la liberté de partir. Pour moi, c’était impensable qu’elle ne fasse plus partie de ma ville, cette jolie brune était mienne, c’était ma moitié et je ne voulais pas la voir partir ainsi. Amelia. Cette fille resterait à jamais celle que j’avais aimé, c’était mon premier amour, c’était mon coup de foudre. Bref, c’était la mienne et je n’allais pas cesser de l’aimer. Cependant, comme elle l’avait décidé, j’avais arrêté de lui parler, de lui envoyer des sms. C’était dur pour elle, comme c’était dur pour moi. Mais j’espérais la revoir un jour, la voir franchir cette porte où je m’arrête parfois, trop de fois, en attendant qu’elle s’ouvre par magie pour me faire découvrir ce magnifique visage qui me manquait tant. Elle m’avait fait mal, comme je lui avais fait mal, mais je l’aimais encore. J’entendais encore ces mots résonner dans ma tête. C’était fini.
J’ai donc poursuivi à donner cours à mes élèves, tant bien que mal en me concentrant sur mes cours et en travaillant presque jour et nuit. Je préférais ne pas dormir que de la voir dans mes rêves et de me voir heureuse alors que tout ceci n’est qu’un songe. Je ne veux pas me torturer plus que je ne l’ai fait. Oui, je suis restée des heures à regarder des photos de notre couple, de  notre jeunesse. Alors, le fait de travailler la nuit m’aidait quelque peu à me changer les idées et surtout à ne pas rêver d’Amelia. Revoir son visage me faisait mal car je ne pouvais pas le toucher, ni le caresser. Juste l’observer. J’étais vouée à moi-même dans cette ville à ne rien faire. J’ai essayé de me changer les idées en allant au bar, en essayant d’en draguer des filles ou des mecs. J’ai même essayé de m’en taper quelques-uns ou une mais non… Mon couple me revenait en tête et ça me rendait dingue ! Sa tête me revenait à chaque fois que j’essayais de faire quelque chose de mal, comme si elle me surveillait et je ne pouvais plus vivre. Et fallait que je me rende à l’évidence… je l’aimais encore et c’était ma moitié, mon âme-sœur… J’ai donc décidé de vivre avec ça, j’ai repris ma vie normale de célibataire et je me concentrai que sur ma vie professionnelle. Je ne sortais quasi plus et préférais rester cloîtrer chez moi plutôt que de sortir et de voir son visage partout sur une fille qui lui ressemblait de dos. Jamais je ne me serais attendue à avoir de ses nouvelles, jusqu’à hier.
Fin flashback.
Je tenais encore cette lettre dans mes mains. Je l’avais ouverte hier.  Elle annonçait le retour d’Amelia prochainement et sûrement pour très bientôt. Je ne savais pas quoi faire, ni comment réagir face à cette nouvelle. D’un côté j’étais heureuse, mais de l’autre… pourquoi était-elle partie pour revenir ensuite ? Quelle serait ma réaction quand je la reverrai une nouvelle fois ? J’étais heureuse mais je souffrais également. Qu’allait-elle me dire ? Est-ce-qu’elle serait changée depuis la dernière fois ? trop de questions me pourrissaient la tête et je devais partir d’ici pour prendre l’air. Allant me changer, j’enfilai un jogging court, un t-shirt blanc, mon ipod, mes baskets et je pris une bouteille d’eau au passage et partis de la maison en fermant à clé la laissant sous le paillasson comme à mon habitude. Il fallait que je cours, que j’évacue cette tension qui s’émanait de moi et qui me faisait perdre tout mon sens de la raison. Oublier, respirer, ne plus penser à rien, voilà je devais faire ça. M’exiler dans mes propres pensées ! Je courrais donc, sans but précis à un endroit qui m’était familier, le parc. Arrivée là-bas, je mis mon son plus fort et je repris ma course en allant plus vite, encore plus vite jusqu’à en perdre tout mon souffle. Je voulais me pousser à bout, repousser mes limites pour éviter de craquer. Après avoir sprinté durant une longue distance, je m’arrêtai net et m’allongeai sur l’herbe en laissant les larmes couler sur mes joues. Elle allait revenir et je ne savais pas quand, ça se trouve elle était déjà rentrée et elle m’attendait. J’étais stressée de la revoir, et je lui en voulais pour avoir arrêté notre relation. C’était plus fort que moi. Je me versais ma bouteille d’eau sur le visage pour me reprendre et la jetai dans une poubelle environnante. Par la suite, je marchai jusqu’à l'avenue où se trouvait ma maison, notre maison (?) et regardai les autres jolies maisonnettes aux alentours, la place voisine, les voitures. Les environs. Je montai les escaliers du perron en retenant mon souffle. Maison qui nous appartenait à toutes les deux et où j’avais vécu deux dedans, et Amelia quelques mois. Je sentais mon rythme cardiaque s’accélérer et je ne savais pas pourquoi ça me faisait ça. J’étais trop en stress de la voir arriver maintenant. Je n’étais pas prête.
J’étais enfin devant cette porte qui me paraissait inconnue actuellement. Nous avions eu les moyens pour l’acheter et mon revenu en tant que prof me permettait largement de payer ce que je devais. Je m'approchai de la porte, puis m'accroupis devant celle-ci en cherchant la clé qui n'était plus là... Je posai ma main sur la poignée et baissai celle-ci et remarquai qu’elle était ouverte. Mon cœur fit un bon de trop et je dus reculer d’un pas. Soit c’était Amelia, soit c’était un voleur et je ne pensais pas que ça en était un. J’entrai dans la maison et la vis. Elle était de dos, en train de regarder l'appartement, le salon et la cuisine qui n’avaient pas changé depuis son départ. Je restai à la porte d’entrée et ouvris la bouche pour parler mais rien ne sortait. Je pris mon courage à  deux mains et essayai d’avoir une voix qui ne tremblait pas. « Amelia ? C’est bien toi ? » Quelle question ! Bien sûr que c’était elle, mais je n’avais pas réussi à dire autre chose que ça. Je n’arrivais pas à lui faire face, et lorsqu’elle se tourna pour me voir cela me fit un électrochoc et je dus m’appuyer contre la porte pour ne pas tomber à la renverse. C’était bien elle, au bout d’un an de séparation elle était de nouveau là, en face de moi. Elle était toujours aussi belle et mon cœur s’emballait encore en la voyant. Aucuns sentiments n’avaient changé pour elle, ils étaient intacts et je le ressentais au fond de moi. Amelia était de retour et j’étais actuellement en train de faire un combat entre le pour et le contre de mes sentiments et de ma raison. Cependant, je n’arrivais plus à parler. Et le pire dans tout ça, c’est qu’elle me voyait dans un état pitoyable. Les yeux bouffis, les cheveux mouillés ainsi que mon t-shirt et habillée en mode très décontracté. Elle avait eu l’habitude mais quand même… Je ne savais plus où me mettre ni quoi dire. J’étais… comme dans un coma mais consciente de toutes ces émotions qui étaient en train de me traverser actuellement.

_________________


«Car mon coeur et le tien ne font qu'un »
K & A ▬ Je t’aime. J’aime absolument tout chez toi... Mais là j’ai besoin d’une chose, et j’peux pas la changer, ni te demander de changer, j’veux pas que tu changes.

(c) Myuu.BANG!

avatar
Je me présente,
Kayla R. Stenson-Lefèvre
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "I can feel again" Amelia L. Bowel-Sheepard /HOT Mer 7 Aoû - 18:03


Afrique, 2011. Page du journal de bord d'Amelia.
Je viens de quitter Kayla, encore une fois. Mais cette fois-ci je sens que c'est définitif, que c'est terminé. J'ai le cœur en miettes de l'avoir laissé, je suis plus brisée que je ne l'ai jamais été. Mais les relations à distance je n'y avait jamais vraiment cru. Moi j'avais besoin de liberté pour mon travail, j'avais besoin de sereineté pour me plonger dans la photo. Et revenir tous les deux mois, ou avoir Kayla pour ses vacances, c'était merveilleux certes, mais lorsqu'on se quittait j'avais le droit à une semaine de cœur brisé. Cela ne pouvait plus continuer. Je l'aime. Je l'aime comme je n'ai aimé personne mais je ne peux pas être ici et là-bas en même temps. Et pour le moment je dois quitter tout ce qui me rattache à L'Amérique pour me consacrer à mon présent, l'Afrique. Tout est tellement beau ici. Cela fait un peu plus d'un an que j'y suis maintenant et je suis encore émerveillée par tout ce que je découvre, de nouvelles sensations tous les jours, des paysages splendides qui ne résistent pas à ma vue de photographe. J'ai un nombre de photo considérable que je n'ai toujours pas trié, mais je n'en ai pas envie. Ce que je veux là, tout de suite, c'est prendre un sac à dos, des chaussures, mon appareil et faire le tour de l'Afrique. Seule.

Et elle l'avait fait, ce tour. Un matin, après s'être organisée avec son directeur de stage et fait un itinéraire des différents pays qu'elle voulait visiter, elle était partie. Elle avait eu un petit brin de nostalgie l'avait prise lorsqu'elle quitta les jeunes enfants qu'elle avait côtoyés pendant de longs mois. Mais je reviendrais, leur disait-elle. Je reviendrais. La larme à l'oeil elle était montée dans la Jeep, décidée à en voir le plus possible, à découvrir toutes les merveilles de l'Afrique. 10 mois après, elle en était revenue changée, autant physiquement que mentalement. Toutes les ballades sous le soleil lui avait donné une belle couleur de peau, elle était même presque noire, et elle s'était affinée, encore plus que ce qu'elle était avant. Faut dire qu'elle avait fait beaucoup de sport et n'avait presque pas mangé, trop concentrée dans son travail. Mais Amelia était enchantée de ce voyage. Tout ce qu'elle avait vu lui avait ouvert les yeux sur de nombreux aspects, notamment sur la pauvreté africaine, leur culture et leurs croyances. Elle avait un stock de photos qu'elle était impatiente de montrer à son équipe. Elle était exténuée mais ne put dormir de la nuit, trop excitée par son retour et tout ce qu'elle avait à partager. Sans compter que son retour au village lui avait rappelé le visage de Kayla, à qui elle n'avait presque pas pensé durant tout son voyage. La Bowel ne l'avait pas oubliée, non. Elle était juste passée à autre chose dans son esprit, renfermant ses souvenirs avec Kayla dans une boîte qu'elle avait fourré au fin fond de sa mémoire. Mais maintenant qu'elle était revenue, la boîte était remontée à la surface. Amelia garda les yeux ouverts toute la nuit en proie à un profond tourment dont il n'y avait qu'une issue possible. Voir Kayla. La voir, lui parler, la toucher, l'embrasser. Mais Amelia savait que ce n'était pas possible et cela augmenta son désarroi encore plus. Prise par une pulsion inattendue, elle se leva de son lit, sortit un stylo et un papier, et commença à écrire. A lui écrire.


Kayla, ma chère et tendre,
Tu ne peux pas imaginer mes sentiments tels qu'ils le sont à présent J'ai 'impression d'être détruite, démolie de l'intérieur, mon cœur éclaté en mille morceaux. Je n'arrive plus à vivre sans toi. J'ai passé 10 mois à voyager dans l'Afrique en quête de nouveaux paysages, et c'était magique, tout était si beau, si merveilleux. Mais revenue dans mon village, tout me refait penser à toi. A la minute même où j'ai franchi la porte d'entrée, ton visage m'est apparu, comme je l'ai quitté. Ton sourire, tes lèvres, ton corps, je ne désirais que toi. Je me rends compte maintenant que tu es toute ma vie, que je n'ai jamais cessé de t'aimer. J'ai des sentiments partagés quant à notre séparation, même si je regrette la façon dont cela s'est produit. J'aurais du être plus claire, j'aurais du t'expliquer mieux mon ressenti à propos de l'Afrique. Mais je pensais que tu ne comprendrais pas, j'ai été égoïste. J'avoue avoir essayé de t'oublier Kayla et pendant un moment j'y ai cru. Pendant un moment, tu n'existais plus. Mais j'ai vite réalisé que je n'étais rien sans toi, que tu étais mon amie, mon âme sœur, mon amante. Mon amour.
Si je t'écris cette lettre aujourd'hui, c'est par peur de t'affronter en face. Peur que tes sentiments soient changés. Peur que toi aussi, tu ai pensé à m'oublier. Mais aussi parce que j'ai pris une décision Kayla. C'est décidé. Je rentre à la maison.
Love, Amelia.


Amelia parcourut les quelques lignes du regard pour se relire puis décida de l'envoyer à Kayla. Elle lui avait noté l'adresse il y a un bout de temps sur un papier, et Amelia dû fouiller toute sa chambre pour le retrouver. Finalement, le petit post-il rose apparut, caché entre deux bouquins. Elle prit une enveloppe au passage et écrivit l'adresse dessus. Destinataire : Srta Kayla Rose Stenson-Lefèvre. Amelia sourit en écrivant son prénom. Tant de bons moments elles avaient passé pendant cinq ans qu'il était impensable de se rendre compte que cela s'était terminé. Mais Amelia avait tellement grandi avec ces années en Afrique qu'elle se douta que Kayla avait du changer aussi, et elle eut peur de ne pas la reconnaître. Peur que Kayla se soit reconstruit une autre vie avec quelqu'un d'autre, autre part. Amelia décida quand même d'envoyer la lettre au cas où son amie était toujours à San Sombrèro. Elle sortit en pleine nuit en chemise de nuit, tongs aux pieds pour aller déposer la lettre dans la jeep qui partirait le lendemain pour le déposer au relais de poste le plus proche. De tout son cœur, Amelia espérait que la lettre arriverait à destination.

Un mois plus tard, San Sombrèro.

Amelia prend une grande inspiration. Valises à la main, elle se tient devant la maison. Un sourire s'étire sur ses lèvres, heureuse de voir que rien n'avait changé. Ou presque. Le quartier avait revêtu des belles couleurs de printemps. Amelia porta ses valises jusque sur le perron où elle les posa le temps de récupérer la clé sous le pot de fleurs -oui la vieille tactique- en espérant qu'elle y était toujours. Bingo.
La maison sentait bon. La Bowel posa ses malles en bas des escaliers et resta un moment le dos tourné à la porte ouverte, caressant la maison des yeux. Rien avait changé si ce n'est quelques meubles qui avaient changé de place. C'était toujours son petit nid, leur petit nid d'amour. Elle eu chaud au cœur de revoir tout ce qui était anciennement sien. Alors qu'elle allait monter dans sa chambre, une voix se fit entendre, immobilisant la jeune femme. « Amelia ? C'est bien toi ? » Elle aurait reconnu sa voix entre mille. Kayla. Après un moment d'hésitation, Amelia se retourna lentement vers son amie, un sourire doux s'étirant sur son visage. « Kayla.. » Elle s'approcha dans son amie et la serra dans ses bras. « Tu m'as manqué. » lui dit-elle dans un souffle. Elle resta ainsi un moment contre son amie profitant de son corps qu'elle n'avait pas pu étreindre en deux ans. Puis elle se recula, regardant la brune dans les yeux. Kay revenait de son jogging mais cela n'enlevait en rien sa beauté. Amelia remit une mèche qui tombait devant les yeux de la Stenson derrière son oreille en souriant. « Tu as reçu ma lettre ? » demanda-t-elle alors d'une voix douce. Son cœur battait à cent à l'heure d'enfin pouvoir lui parler, la toucher, et peut-être, l'aimer.

_________________








avatar
Je me présente,
Amelia L. B-Sheepard
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "I can feel again" Amelia L. Bowel-Sheepard /HOT Mer 7 Aoû - 18:07


Chaque mot de sa lettre résonnait dans ma tête et je ne savais pas comment faire pour ne pas y penser. Amelia rentrait, était déjà sûrement rentrée et je ne savais pas si je devais être heureuse ou au contraire malheureuse. Cette fille m'avait rendu folle amoureuse et folle tout court lorsqu'elle était partie mais maintenant qu'elle revenait qu'est-ce-que ça signifiait ? J'allais pouvoir entendre le son de sa voix à nouveau, voir son corps, sentir son parfum, la toucher. Bref, Amelia revenait. Courir m'avait fait du bien, mais une fois revenue devant mon appartement toutes sortes d'émotions m'avaient traversées et je ne pouvais pas les ignorer. L'adrénaline de la voir devant moi, la peur, l'envie, la joie, la tristesse. Toutes émotions traversaient mon corps et je ne pouvais pas rester sans rien faire. Je devais entrer. J'entrai. Je la vis. En face de moi. Belle. Aucuns sentiments n'avaient changé, oui, je l'aimais toujours. C'était mon âme soeur et je le reconnais seulement maintenant. J'étais sous le choc de la voir. Elle avait si peu changé et elle était toujours aussi ravissante et désirable. Cette fille me possédait. Des mots lui échappèrent alors qu'elle aurait pu rester des heures à la contempler sans rien dire, de dos. Amelia était irrésistible et je ne pouvais pas m'arrêter de la regarder, même quand celle-ci prononça mon prénom. Elle s'approcha de moi, vite, trop vite et me serra dans ses bras. Je ne savais pas quoi faire. Je ne savais pas quoi dire. Tout me revenait en tête, mon envie de l'embrasser, de la toucher, de la caresser, de la serrer contre moi, de la désirer, de la posséder, tout revenait dans un flot de sentiments divers.
Si elle m'avait manqué ? Oui, et pas qu'un peu, si je l'aimais encore ? Oui, et avec cette même passion. Si je lui en voulais ? Je ne pouvais pas le nier, elle m'a laissé pour revenir. Mais pour combien de temps ?

Je fus sortie de mes pensées quand Amelia enleva une mèche de mon visage pour la mettre derrière mon oreille, je frissonnai... L'envie était trop intense pour lui en vouloir maintenant, mais je ne devais pas craquer. Sa lettre ? Bien sûr, elle était posée sur la table basse actuellement et j'y jetai un oeil. Soufflant doucement, je la regardai dans les yeux et de mes mains tremblantes je lui effleurai le visage puis les laissai retomber avant de lui répondre, difficilement. "Oui, je l'ai reçu. Elle est là, sur la table. Je..." Mais l'envie l'emporta et je l'embrassai de tout mon amour que j'avais pu accumuler pour elle durant notre séparation. Je la serrai en même temps dans mes bras puis me séparai enfin d'elle, quelques secondes après cet instant. Posant ma main sur la tête et soupirant, je lui fis de nouveau face."Amelia, je sais pas comment réagir. Je ne veux pas que tu repartes. Je t'aime toujours." Je m'arrêtai de parler, je ne pouvais pas croire que je venais de lui dire ça. Je me sentais mal, Amelia était l'amour de ma vie et après deux ans pratiquement de séparation, les seuls mots que je réussis à lui dire pour lui dire de rester sont ceux-là. Je ne lui avais pas dit depuis deux ans et cela était sortit naturellement comme si rien avait changé alors qu'au contraire, la plupart des choses étaient différentes. Et toutes deux nous ne pouvions le nier. Je la regardai intensément dans les yeux et lui souris. Oui, je lui souris puis allai me fourrer dans ses bras. Bien sûr que d'un côté j'étais déchirée par ce qu'elle m'avait fait mais d'un autre, je voulais juste profiter de ce moment que j'avais tant désiré, rêvé et qui arrivait enfin. Amelia était de retour et il allait falloir avoir une discussion et reparler de plusieurs choses. C'était le début. Le début d'une nouvelle histoire en quelque sorte.

_________________


«Car mon coeur et le tien ne font qu'un »
K & A ▬ Je t’aime. J’aime absolument tout chez toi... Mais là j’ai besoin d’une chose, et j’peux pas la changer, ni te demander de changer, j’veux pas que tu changes.

(c) Myuu.BANG!

avatar
Je me présente,
Kayla R. Stenson-Lefèvre
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "I can feel again" Amelia L. Bowel-Sheepard /HOT Mer 7 Aoû - 18:10


Revoir Kayla lui procurait une joie impossible à expliquer. C'est comme si son corps se réchauffait, comme si un rayon de soleil remplissait sa peau de vitamine. Une pulsion voulut faire Amelia sauter dans les bras de Kayla et l'embrasser pendant des heures, mais elle se contint. (pour l'instant xD) Pour l'instant, elle profitait de pouvoir regarder son amie, parcourir son visage et les courbures de son corps avec tendresse. Elle la serra ensuite dans ses bras et murmura des paroles à son oreille. Elle frissonna au bonheur de ce contact et sourit en se retirant malgré elle. Suivant le regard de Kayla, Amelia découvrit en effet sa lettre sur la table basse. Kayla ne lui donna pas le temps de répliquer en l'embrassant fougueusement. La Bowel lui rendit son baiser en plaçant sa main droite derrière la nuque de Kaya, l'amenant contre elle. Son cœur se mit à battre à vitesse grand V et elle sentit des papillons dans son ventre. C'était comme la première fois. La première fois qu'elles s'étaient embrassées, il y a maintenant bien huit ans. Tant de choses s'étaient passées depuis ce temps-là... La Stenson mit fin au baiser en enchaînant presque aussi trois phrases donc Amelia ne comprit que la dernière. Je t'aime toujours. Un grand sourire s'étira sur les lèvres d'Amelia puis elle embrassa Kayla de nouveau. « Moi aussi, Kayla. Toujours. » Un petite larme de bonheur coula sur sa joue. Elle qui avait eu tellement peur que la vie de Kayla ait changée. Elle qui avait pensé qu'elle ne l'aimait plus. Non, leur amour venait de surpasser tout ce qu'elles avaient vécu.

Amelia de dégagea de nouveau de sa petite amie. Malgré tout cela, il y avait des choses dont elles devaient parler, des choses à expliquer, à comprendre. Derrière ces retrouvailles se cachaient tout de même un gros problème. Si Amelia était restée en Afrique c'était bien pour une raison. Elle ne savait pas si Kayla la connaissait, cette raison, et si elle comprenait. Et puis qu'avait-elle fait pendant la dernière année ? Avait-elle fait de nouvelles conaissances ? Tant de questions de pressaient dans la tête d'Amelia et elle ne savait plus où se donner la tête. Elle fit un sourire triste. « Bon, je crois qu'on a des choses à s'expliquer.. » Elle fit un geste en direction de la cuisine. « Tu veux qu'on se prenne un truc à boire ? Ou tu veux peut-être te doucher, je sais pas.. » Amelia ne l'avait pas dit méchamment sous prétexte que Kayla était en sueur, elle pensait juste que la Stenson préférerait peut-être se changer avant de discuter. Amelia se sentait bizarre. Comme si elle ne savait plus quoi dire, comme si cette maison n'était plus la sienne et qu'elle devait demander l'avis de son amie pour tout. En même temps, voilà deux ans qu'elle n'y avait pas mis les pieds, c'était normal. Mais quand même, cela faisait une sensation étrange.

Pendant que la Stenson partait en effet se changer, Amelia fit chauffer de l'eau chaude. Accoudée contre le comptoir, elle soupira. Elle n'arrivait pas à croire qu'elle était définitivement de retour. Tout ça allait bien lui changer..

_________________








avatar
Je me présente,
Amelia L. B-Sheepard
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "I can feel again" Amelia L. Bowel-Sheepard /HOT Mer 7 Aoû - 18:13


Tant de choses m’avaient traverses l’esprit que je n’avais pas realize que j’étais en train d’embrasser la fille que j’aimais plus que tout au monde. Oui, ma bouche était collée contre la sienne. Mon corps touchait le sien et me procurait des frissons dans ton mon corps. J’étais aux anges mais je pouvais presque regretter ce que j’étais en train de faire. Amelia et moi nous nous étions pas vues depuis un an… et voilà que je l’embrassais comme la première fois. Au final, je ne fus pas si déconcertée que cela, Amelia me rendit mon baiser et passa sa main derrière ma nuque et je frissonnai à ce contact. Elle était douce et je pouvais ressentir l’amour qui se dégageait de ce baiser. Oui, nous étions réunies à nouveau ! Je ne pouvais plus m’arrêter, je ne pouvais pas m’imaginer sans elle, j’aurais pu lui enlever son t-shirt, lui enlever le reste de ses vêtements… mais la lettre et le souvenir de solitude qui m’ont possédé depuis deux ans refirent surface et je dus rompre cet échange d’amour. Mais je ne m’arrêtai pas là, je lui avouai que je l’aimais toujours. Ce furent les seules choses qui sortirent de ma bouche à ce moment là, j’étais paralysée par la peur et paralysée de la voir en face de moi en ce moment même. Je fus encore plus surprise de sa réponse. Elle m’aimait toujours. Mon cœur s’arrêta de battre et un hoquet de surprise sortit de ma bouche. Aucunes larmes cependant. J’essuyai de mon pouce la larme qui coulait sur sa joue et lui embrassai le front. Cette fille me rendait dingue et me faisait perdre tous mes moyens.

Elles étaient maintenant plus éloignées qu’avant. L’envie de retourner dans ses bras, de l’embrasser et de caresser le moindre coin de son corps était présente, mais je me retenais, je me retenais car nous devions parler. Parler de ce qui c’était passé, parler de son voyage et surtout, parler de nous. De notre histoire, de notre couple. De notre vie. Amelia avait sûrement pleins de choses à me raconter, et elle allait devoir me montrer toutes ces photos, je ne voulais pas en perdre une miette ! J’avais tant de questions  à lui poser. Trop de questions et je ne savais pas par quoi commencer d’ailleurs. Alors que je regardais en face de moi et non elle, car à chaque fois que je croisais son regard je pouvais y lire de l’amour et de l’envie, tout comme mon regard ; Amelia prit la parole en première. Cela me laissa le temps de reprendre ma respiration et d’hocher la tête. Elle avait raison, des choses devaient être mises au clair et toutes deux savaient lesquelles. Une douche ? (si tu viens avec moi oui, pourquoi pas :huum : ) Je la regardai et hochai la tête. « Je vais aller prendre ma douche, oui, tu as raison. En attendant fait comme chez toi. » Cette phrase était sortie toute seule… Je la regardai sans vraiment savoir comment elle allait réagir et avant qu’elle ne dise quoi que ce soit, je partis dans ‘’ma chambre’’ et attrapai un short et un t-shirt ample avec des motifs dessus, des sous-vêtements et partis dans la salle de bain. Pourquoi j’avais dit ça ? C’était chez elle mais elle n’y avait été que si peu de temps ici… Je m’en voulais mais de l’autre côté, c’était la vérité. Ouvrant le robinet, je mis celui-ci du côté du froid où le jet d’eau frais me réveilla et me fis reprendre mes esprits. Je devais à tout prix mettre les choses au clair avec la femme que j’aimais pour continuer de vivre. Ca n’allait pas être facile les prochains jours, ni sûrement les prochaines semaines, mais j’étais persuadée que nous y arriverions !
Je sortis quinze minutes plus tard de la salle de bain, je mis mes affaires sales dans le bac puis rejoignis Amelia dans la cuisine qui était accoudée au comptoir. Inspirant un bon coup, je me dirigeai vers celle-ci en essayant de sourire et m’assis en face d’elle prenant une tasse à mon tour. Cette fois, ce fut moi qui parlai la première. « Amelia… je suis désolée si je t’ai vexée tout à l’heure. Mais, tu es partie si vite après qu’on ait emménagé ici… » Je la regardai avec de la souffrance, elle ne méritait pas ce que j’étais en train de lui dire. Non, elle méritait mieux que moi tout court ! Notre amour avait peut être duré, mais la discussion que nous allions avoir allait être dure à avaler pour toutes les deux. Cependant, j’y étais préparée, j’attendais depuis longtemps ce moment car il serait arrivé à un moment ou à un autre de toute façon.

_________________


«Car mon coeur et le tien ne font qu'un »
K & A ▬ Je t’aime. J’aime absolument tout chez toi... Mais là j’ai besoin d’une chose, et j’peux pas la changer, ni te demander de changer, j’veux pas que tu changes.

(c) Myuu.BANG!

avatar
Je me présente,
Kayla R. Stenson-Lefèvre
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "I can feel again" Amelia L. Bowel-Sheepard /HOT Mer 7 Aoû - 18:48


Adossée contre le comptoir, en attendant que l'eau chauffe, Amelia essayait de réaliser ce qui se passait. Elle n'était pas revenue depuis cinq minutes que tout était déjà compliqué. Trop compliqué. Certes, elles venaient de s'avouer que l'amour qu'elles éprouvaient l'une pour l'autre était encore ardent, mais serait-ce suffisant ? Amelia avait peur que malgré cela, leur relation ne soit plus jamais la même. En un sens, elle avait trahi Kayla, faisait passer ses photos avant elle. Sans vraiment lui expliquer pourquoi, elle était repartie, libre comme le vent, après avoir rompu avec Kay. Alors qu'elle aurait pu rester. Elle aurait pu refuser cette continuation de stage en Afrique. Elle aurait pu se battre pour sa relation. Mais non. Amelia avait été égoïste, mais Kayla pouvait-elle vraiment lui en vouloir ? Elle avait réalisé son rêve, exercé sa passion avec engouement et admiration pendant deux ans. Elle avait été heureuse. Kayla comprendrait-elle ? Comprendrait-elle comment une passion peut nous dévorer au point d'en oublier le reste ? Amelia avait été follement aveuglée par son amour pour la photo et en avait oublié sa petite amie. Et le pire, c'est qu'elle ne le regrettait pas. Elle avait essayé, pendant un an, de conjuguer photo et Kayla. Mais c'était trop difficile, la rousse n'avait pas pu se consacrer pleinement à l'un sans penser à l'autre. Et tant qu'à être en Afrique, autant y être à fond. Rompant donc avec Kayla, c'était donc plus facile de se plonger dans sa passion, de faire le tour de l'Afrique sans penser une seconde qu'elle n'avait pas répondu à une lettre qu'elle n'avait pas appelé ou donner de ses nouvelles. Elle avait été libre. Mais pas pour longtemps. Revenue de son tour, la réalité la rattrapa, et elle se rendit compte combien elle avait été égoïste, et qu'elle avait aimé ça. Mais c'était comme ça, il lui avait fallu se couper d'un monde pour rentrer dans l'autre. Sans se rendre compte qu'elle ne pourrait peut-être plus revenir dans ce monde dont elle s'était coupée. Et surtout combien elle en avait envie.

Et là voilà qui se tenait là, en Italie, chez elles. Ou plutôt chez Kayla, comme elle lui avait si bien fait savoir. Les paroles de la Stenson l'avaient choquée, et vexé. Toutefois, Kayla avait raison. Cet endroit n'était plus le sien, depuis longtemps. Elle n'y avait même pas vécu. Qu'à peine. Tout ce qu'elle voyait autour d'elle appartenait à Kayla et ce ne serait pas quelque chose qu'elle oublierait facilement.. Amelia éteignit la bouilloire sifflante et sortit des tasses qu'elle remplit avec du thé. Puis elle regarda la fumée s'échapper des tasses, le regard vide. Elle ne digérait pas le fait qu'elle ne se sente plus chez elle. Amelia avait l'impression d'envahir un espace qui n'était pas le sien. Mais elle me méritait. Même si la Stenson n'avait sûrement pas prononcé ces paroles volontairement, c'était sorti si naturellement que ça lui faisait encore plus mal. C'était réel, vrai, indiscutable. Amelia n'était plus chez elle.

La Bowel s'installa sur un des canapés du salon près de la cuisine, et posa les tasses sur la table basse. Puis elle rabattit ses manches sur ses mains et récupéra la tienne, qu'elle tint entre ses mains, posée contre ses jambes en tailleur.  Et elle soupira, provoquant des remous sur la fumée de la boisson chaude. Fermant les yeux, elle entendit du bruit à l'étage, déduisant que Kayla ne tarderait pas à descendre. En effet. La jolie brune s'installa sans un mot en face d'elle, prit la tasse puis commença à parler. S'excusant de ses paroles précédentes. Amelia laissa ses yeux fixés sur la fumée qui sortait de sa tasse. Elle ne pouvait plus la regarder.  Elle ne pouvait même plus se regarder elle-même. « Oui... Je sais. » Fit-elle simplement. Elle déglutit, raffermissant sa prise contre la tasse. « J'avais besoin de m'éloigner. Désolée si je ne t'ai pas expliqué vraiment pourquoi j'étais repartie, c'est- » elle s'arrêta puis se reprit. « Je ne le regrette pas. » annonça-t-elle soudainement, faisant sûrement l'effet d'une claque pour Kayla. Amelia ne voulait pas lui dire, elle voulait que tout redevienne comme avant. Mais ce ne serait pas possible avant la fin de cette conversation, et les deux amies le savaient. Amelia ne regardait toujours pas le brune en face d'elle. Par honte, peut-être. Pourtant, elle n'en ressentait pas. Elle avait choisit sa passion et elle ne le regrettait pas. Elle en subissait juste les conséquences.

_________________








avatar
Je me présente,
Amelia L. B-Sheepard
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "I can feel again" Amelia L. Bowel-Sheepard /HOT Mer 7 Aoû - 18:54


Pourquoi est-ce-qu’elle était revenue maintenant ? Pourquoi elle venait de rentrer et de me sourire ? De m’embrasser et de se coller contre moi ? Pourquoi elle me faisait ça maintenant ? Pourquoi j’avais l’impression de me retrouver deux ans auparavant quand elle m’a laissée ici, dans la même pièce ? J’étais totalement perdue parce qu’elle se retrouvait là, dans mon appartement –notre appartement – et moi, je me retrouvais comme une conne en train d’espérer de pouvoir vivre une nouvelle histoire d’amour avec elle. Mais je n’étais pas naïve à ce point là, nous devions parler d’un sujet qui allait fâcher et pas qu’un petit peu. Je n’avais pas peur d’affronter la réalité, de toute façon il fallait qu’on en parle et le plus tôt allait être le mieux ! Cependant, je ne savais pas par où commencer, tout était si douloureux dans ma poitrine que j’en souffrais plus qu’autre chose. Je devais pourtant y faire face. C’était impossible de passer outre cette situation. Et autant que ce soit maintenant que jamais pour souffrir toutes les deux.
Je ne m’étais jamais autant accrochée à une personne et encore moins à Amelia. C’était mon Âme-Sœur, ma moitié, ma meilleure amie. Mon Amour. Mais cependant, tout était différent, j’avais su apprendre à vivre sans elle, à me lever sans à l’avoir à mes côtés. J’avais arrêté de penser à elle pendant des journées malgré le fait qu’elle me manquait au plus profond de moi-même. J’avais pu refaire ma vie sans la refaire entièrement puisque je n’imaginais pas quelqu’un d’autre à la place de ma chère Amelia. Pourtant, quand je la voyais là, en face de moi… J’avais l’impression que ce n’était encore qu’un rêve. Rêve que j’avais tant de fois espéré vrai, mais qui était faux finalement. Alors que là… c’était la réalité. Je l’avais tenue dans mes bras, je l’avais embrassé et j’avais ressenti toutes ces sensations qui m’avaient été arrachées. J’étais perdue car je ne savais pas quoi faire, ni comment réagir face à cette histoire, que faire ? Quoi dire ? Quelles réactions avoir ? Tout se chamboulait dans ma tête et j’arrivais à peine à faire face à la réalité. Mais lorsque je fus revenue dans le salon où elle m’attendait… Je m’avouai enfin que c’était bien réel et que je ne rêvais. Elle aussi était mal à l’aise, remarquez, il y a de quoi l’être quand on revient après deux ans d’absence et une lettre pour annoncer son retour. J’étais gentille, mais quand on me prenait par les sentiments ce n’était pas la même chose. Mais avec Amelia… je ne savais pas par où commencer.

Lorsque nous nous retrouvions dans le salon, assises l’une en face de l’autre avec une tasse dans les mains. Je savais que c’était le moment d’en parler. Cependant, par où commencer ? Trop de questions se passaient dans ma tête et je n’allais pas pouvoir m’arrêter si je commençais. Du coup, je m’excusai pour ce que j’avais pu lui dire tout à l’heure. C’était sorti naturellement et puis… je ne le regrettais pas vraiment. Je pouvais lui faire du mal mais il fallait avouer ce qui était vrai. Alors qu’elle approuvait, je bus une gorgée et la regardai légèrement. Elle était très mal à l’aise, elle avait toujours ces petits tics qui me permettaient de me rendre compte dans quelle situation elle se trouvait. J’étais contente de voir que ça n’avait pas changé. Cependant, lorsqu’elle reprit la parole, je ne m’attendais pas à ce qu’elle me sorte ça d’une traite. J’ai d’ailleurs failli recracher mon thé tellement j’étais surprise. J’étais blessée mais d’un côté ça ne m’étonnait pas. Au fond, je n’avais pas envie de savoir pourquoi elle était partie, je n’avais pas envie de continuer cette conversation s’il elle n’avait pas  une once de regret. Je la regardai, elle non. Je savais pas quoi dire, ni quoi faire. J’étais tout juste sur le cul. Une question traversa mes lèvres, question qui, nous savions toute deux, allait faire exploser certaines choses. « Pourquoi tu es revenue alors, si tu ne regrettes pas ? » Mais d’autres questions allaient me traverser les lèvres, alors pour ne pas continuer et ne pas m’emballer tout de suite pour garder un petit peu de mon sang froid, je me  levai et allai dans la cuisine pour éviter son regard. Je devais me contrôler, contrôler mes gestes, contrôler mes paroles et surtout mon désir de la posséder juste encore une fois. Je ne pouvais pas croire qu’elle était revenue juste pour le plaisir, je voulais qu’elle m’affirme clairement ce qu’elle m’avait dit dans la lettre. Je la voulais à nouveau pour moi, pour moi seule et pouvoir profiter de la chaleur de son corps. J’étais égoïste de penser à ça maintenant alors que nous devions régler nos problèmes mais cette fille m’a toujours rendue dingue, comme aujourd’hui. La première fois que je l’ai vue, j’ai su que nous irions loin ensemble et maintenant ? On était censées faire quoi dans ce bordel ? J’allais perdre pied à un moment où à un autre, et la regarder dans les yeux m’obligeraient à me contenir alors que si je ne la regarde pas, mes désirs se font moins fort…
Je restai silencieuse jusqu’à ce qu’elle réponde. J’y avais été fort mais je ne pouvais pas faire autrement, ce qu’elle m’avait dit m’avait fait l’effet d’une claque et je ne la digérais pas. Alors ce que je lui avais dit, pouvait très bien faire la même chose pour elle. Je n’osais pas me retourner, de peur de la voir pleurer, de la voir craquer et de ne pas savoir comment faire pour la consoler. Je n’aimais pas me disputer avec elle et encore moins lui faire du mal. Mais à présent, deux ans de séparations  remontaient à la surface et nous devions nous y faire et surtout trouver une solution avant que tout cela n’empire.

_________________


«Car mon coeur et le tien ne font qu'un »
K & A ▬ Je t’aime. J’aime absolument tout chez toi... Mais là j’ai besoin d’une chose, et j’peux pas la changer, ni te demander de changer, j’veux pas que tu changes.

(c) Myuu.BANG!

avatar
Je me présente,
Kayla R. Stenson-Lefèvre
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "I can feel again" Amelia L. Bowel-Sheepard /HOT Mer 7 Aoû - 19:03


Je ne le regrette pas. Quatre mots qu'Amelia aurait pu éviter de dire. Surtout au début. Elle aurait mieux, et aurait surtout du, finir par ces mots au lieu de commencer. Elle aurait du expliquer son départ et à la fin dire qu'elle ne le regrettais pas. Car là, tout de suite, Kayla n'avait aucune explication si ce n'est le fait qu'Amelia était partie, revenue et ne regrettait pas d'être partie. Comment devait-ele se sentir ? Trahie, sûrement. Mais Amelia avait du mal à gérer ses émotion, ses pensées, ses paroles. Elle n'avait jamais été forte en discussions. Pour elle tout était noir ou blanc. Quand les choses avec Kayla avaient viré ver le gris, elle avait automatiquement renversé la situation vers le noir. C'était comme ça. Kayla devait bien le savoir, depuis le temps, mais la Bowel savait qu'elle avait du mal à l'accepter. Et faut dire que cette fois, la franchise d'Amelia avait été un peu brutale. Mais c'était sorti tout seul. Une petite phrase qui fit réagir Kayla au quart de tour. Pourquoi était-elle revenue ?  Amelia observa Kayla dans les yeux, puis les ferma, regrettant d'avoir commencé la conversation comme elle l'avait fait. Elle savait maintenant que Kayla ne serait plus ouverte à la discussion et qu'elle rembarrerait Amelia à chaque parole avouée. D'ailleurs elle confirma les pensées de la jeune femme quand elle se leva et partit dans la cuisine dans un mot. Putain. Amelia posa sa tasse sur la table basse et prit sa tête entre ses mains, poussant un long soupir. Pourquoi fallait-elle qu'elle gâche toujours tout ? Voyant que son amie ne revenait pas, Amelia se leva calmement et s'adossa contre la porte ouverte de la cuisine, observant Kayla qui lui tournait le dos. Elle fit un petit sourire, remarquant combien Kay avait changé. Elle s'était affinée, avait coupé ses cheveux et s'était affirmée. La Kayla du lycée n'existait plus.

Après un petit silence, Amelia reprit la parole. Elle voulait éviter de hausser la voix autant que possible, préférant une conversation calme. Ceci dit, elle savait bien que ce ne serait pas le cas, vu comment elle avait commencé..  « Kayla.. Désolée, je voulais pas dire ça. C'est juste.. compliqué, tu comprends ? J'arrive pas à exprimer ce que je veux dire, sans te faire du mal.. » Elle joua avec les fils de son keffieh en regardant le sol. Voyant que Kayla ne parlait toujours pas, elle leva la tête et haussa un peu plus la voix. « Ok, boude moi tout ce que tu veux, mais sérieusement, arrête de t'enfermer ! J'essaye de communiquer là, tu vois pas ? J'essaie de t'expliquer ce que tu veux savoir, alors regarde-moi ! Arrête de jouer l'enfant. » Ou comment provoquer la jeune femme pour entamer une dispute. Décidément, les deux ans passé séparées n'allaient pas s'expliquer aussi facilement qu'Amelia le croyait..

Spoiler:
 

_________________








avatar
Je me présente,
Amelia L. B-Sheepard
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "I can feel again" Amelia L. Bowel-Sheepard /HOT Mer 7 Aoû - 19:14



Finalement dans ma tête, tout s'accélérait, je ne savais pas si je devais être heureuse ou malheureuse. Si je devais la prendre dans mes bras et lui pardonner ce qu'elle m'avait fait ou encore lui crier dessus toute ma haine que je n'avais pas réussi à lui dire quand elle était partie. Pourtant, de son côté elle n'a pas hésité à me dire qu'elle ne regrettait rien. Je ne savais pas quoi lui dire après cette claque, je venais de recevoir un coup de poing dans le ventre et elle... elle s'en fichait des dégâts. N'avais-je déjà pas assez souffert depuis deux ans ? Et pourtant, je prenais encore sur moi pour ne pas lui faire de mal. Je gardais tout en moi pour éviter une énième dispute. Je ne pensais pas que ça se passerait comme ça, je pensais que ça serait plus facile de parler de ça avec elle, mais non. Soupirant, je m'étais levée du canapé pour aller dans la cuisine me changer les idées. Sauf que ses mots résonnaient dans ma tête comme un tambour, ça ne s'arrêtait pas. Je voulais me frapper la tête contre un mur tellement ça me faisait mal. Et pourtant, je ne bougeai pas de l'évier évitant de me tourner sentant son regard dans mon dos.

Comment faire pour rester dans la même pièce qu'elle ? Comment ? Je n'avais cessé de l'aimer durant deux ans et là, c'est comme si un poignard s'enfonçait dans mon coeur me disant que j'aurais dû oublier cet amour. Je pouvais très bien faire taire cet amour comme elle avait pu le faire durant deux ans pour se consacrer à son travail mais j'avais besoin d'elle. Je l'entendis parler, crier, s'énerver. Que devais-je faire ? Un rire s'échappa de ma bouche, mais pas un rire normal, non un rire forcé. Je lui fis enfin face, tenant le bord du lavabo fortement. Pourquoi était-ce si dur ? "Putain mais... Amelia, si je prends mes distances c'est pour pas te sauter dessus. Je suis contente que tu sois revenue, mais j'accepte pas ce que tu m'as dit et pourtant ma seule envie c'est de t'embrasser. Alors non, je te boude pas comme tu dis ! Je sais ce que tu as vécu, je me doute bien. C'est compréhensible, mais..." Je parcourus les petits mètres qui me séparaient d'elle et la coinçai entre le mur et moi. Son souffle sur mon visage me rendait nerveuse, son corps près du mien égayait tout mes sens. "Mais, j'arrive pas à comprendre pourquoi tu reviens, pourquoi tu me dis je t'aime et qu'ensuite tu n'as rien regretté." Je n'aurais peut-être jamais dû m'approcher autant de la jolie rousse, elle me rendait dingue et dans tous les sens du terme ! Je fermai les yeux deux secondes puis reposai mon regard sur son visage. "Alors ? Maintenant que je te fais face, je t'écoute."" Je me retenais de ne pas lui capturer ses lèvres et de l'embrasser comme la première fois. Mais je voulais aussi savoir, savoir pourquoi elle m'avait dit tout ça en l'espace de peu de temps. C'était insoutenable de devoir l'avoir tout aussi près de moi, sentant la chaleur de son corps, et la regarder parler sans avoir à la toucher ou quoi que ce soit.

_________________


«Car mon coeur et le tien ne font qu'un »
K & A ▬ Je t’aime. J’aime absolument tout chez toi... Mais là j’ai besoin d’une chose, et j’peux pas la changer, ni te demander de changer, j’veux pas que tu changes.

(c) Myuu.BANG!

avatar
Je me présente,
Kayla R. Stenson-Lefèvre
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "I can feel again" Amelia L. Bowel-Sheepard /HOT Mer 7 Aoû - 19:17


Amelia soupira. Elle venait de s'emporter, encore une fois. Encore une fois elle avait prononcé les mauvaises paroles. Mais c'était plus fort qu'elle, elle ne pouvait pas s'empêcher de dire ce qu'elle pensait. C'était bien d'un côté, elle était honnête et franche. Mais côté tact, moins bien. Elle faisait toujours des choses sans réfléchir aux conséquences et n'y pensait qu'après coup. Amelia, c'était une personne aventurière, qui sautait sur chaque occasion de faire des folies, de partir en voyage. Préparant sa valise en cinq minutes elle pouvait partir faire le tour du monde. Pourquoi ? Une pulsion de curiosité, d'adrénaline, une envie de vivre. Pourquoi le faire seule ? Ça c'était une question dont elle n'avait pas de réponse. Peut-être que l'Afrique aurait été bénéfique pour le couple, peut-être qu'elles ne seraient pas dans cette situation. Mais plus Amelia y pensait -et elle avait eu le temps de le faire-, plus elle se disait que, comme elle venait de l'avouer à Kayla, elle ne regrettait pas d'être partie seule. Elle avait ainsi pu prendre ce temps pour se consacrer à sa passion, et réfléchir sur elle-même. Se rendant compte qu'il fallait qu'elle commence à grandir, à penser aux conséquences. Mais elle avait beau se le dire encore et encore, la voilà qui recommençait, et deux fois en l'espace de dix minutes. Peut-être qu'il n'y avait rien à faire, qu'elle devait accepter ce côté de sa personnalité. Et encore mieux, il fallait que Kayla l'accepte. Ce qui n'était pas gagné.

Accrochée au lavabo, la Stenson émit un petit rire suite aux paroles d'Amelia. Celle-ci fronça les sourcils, intriguée. Puis Kayla prit la parole, avec un faux sourire sur le visage. Prendre des distances pour ne pas lui sauter dessus ? Comprendre ce qu'elle avait vécu ? Mais quoi ? Amelia n'arrivait pas à cerner le sens de ses mots. Où voulait-elle en arriver ? Puis sans rien voir arriver, la Bowel se retrouva plaquée au mur, à deux centimètres du visage de la jolie brune. La respiration d'Amelia se fit plus rapide tandis que son cœur suivait un rythme éffréné. Se retrouver là, collée contre Kayla, tout près de son corps, ses courbes, sa poitrine et son visage, c'était difficile d'y résister. Les deux jeunes femmes restèrent un moment à se regarder, leurs souffles s'entremêlant, prises dans un silence étouffant et passionné. Elle n'arrivait pas à articuler un mot. « Je.. Je... » souffla-t-elle, perdue. Ses yeux se perdaient dans la profondeur de ceux de Kayla et elle n'avait qu'une envie : l'embrasser passionnément jusqu'au petit matin. Mais ce n'était pas une option, il fallait qu'elles parlent, il fallait..- Amelia fut interrompue dans ses pensées par la Stenson qui reprenait la parole, jouant de ses atouts de séduction pour déstabiliser Amelia, sachant très bien quel effet cela ferait. Chaque parcelle de son corps lui disait de s'abandonner à Kayla, de la posséder, de caresser sa peau nue dans l'obscurité de la nuit, laissant libre cours à des pulsions trop longtemps réprimées. Mais elle savait que ça aussi, elle le regretterait. Et cette fois, Amelia eu la force de repousser cette envie pulsionnelle . En fermant les yeux, elle repoussa doucement la jeune femme en soupirant. « Arrête.. » souffla-t-elle. Un petit moment de silence s'instaura puis Amelia reprit la parole. « Oui, je t'aime, et oui je ne regrette pas d'être partie. Mais ce n'est pas pour les raisons que tu crois, je me suis mal exprimée. » Elle soupira, passa la main dans ses cheveux , prête à enfin s'expliquer. « Quand j'ai appris cette offre de stage en Afrique, c'était comme un rêve devenu réalité. Tu me connais, la photographie c'est ma passion, une des raisons qui me pousse à vivre et faire ce que je fais. L'opportunité de passer des mois seule avec mon appareil dans la cambrousse ? Je ne pouvais pas refuser. Et sur le coup, j'avoue ne pas avoir pensé à toi, à ce qu'on deviendrait si je partais, à notre futur. J'étais aveuglée par ce voyage, cette merveilleuse opportunité, tellement que j'en ai été égoïste. Il n' avait plus que ça qui m'occupait l'esprit, et quand je suis partie je ne réalisait pas combien cela te faisait du mal. Je n'ai pensé qu'à moi, sans penser aux dommages collatéraux. » Elle leva enfin les yeux et commença à parler plus fort, et faire des gestes. « Et puis on se parlait tous les soirs, je ne me rendais pas compte combien tu devais souffrir, moi j'étais dans mon élément ! Après oui, j'ai commencé à manquer nos petites soirées, j'avais envie que tu reviennes auprès de moi, ou plutot l'inverse d'ailleurs. A chaque fois que je revenais, puis que je repartais, j'avais le cœur en miettes, j'étais brisée, et pendant une semaine je ne pensais qu'à toi, mettant mes photos de côté. Alors que je loupais plein de bonnes occasions ! Ça m'étouffais... Du coup, j'ai réfléchis, et je me suis rendue compte qu'il valait mieux que je m'éloigne. Mais pas seulement pour moi, mais pour toi.. Je ne pouvais plus continuer de te voir souffrir, et quelque part, avoir rompu avec toi ne me rendais plus coupable de te faire attendre chaque soir. Et j'ai doucement repris mon activité, jusqu'au point de ne plus penser à toi. Je l'avoue, et comme je te le disais, je ne sais pas comment te le dire sans te faire de la peine. Mais pendant mes dix mois de tour de l'Afrique, je n'avais qu'une idée en tête, qu'un objectif : ma passion pour la photo. Et je ne sais pas l'expliquer, je ne peux pas. C'est comme ça. » Un sourire triste fendait le visage d'Amelia tandis qu'elle continuait de parler, et c'était comme si elle s'enfonçait un couteau en plein cœur. Elle avait mal de revivre tout ça, et de le faire vivre à Kayla. Mais si elle voulait avancer, c'était nécessaire. « Et puis quand je suis revenue au camp, ce fut comme si je remontais à la surface. Je suis rentrée de nouveau dans ma petite hutte, et une vague de chaleur m'a entourée, et une boule s'est formée dans ma gorge. Ce n'est qu'à ce moment-là que je me suis rendue compte de tout ce qui s'était passé, de tout le mal que j'avais entraîné. Cela m'as pris deux ans avant de le voir, mais j'avais finalement compris que je t'aimais et que rien ne pouvait m'en empêcher. Je t'ai alors écrit cette lettre, et je suis rentrée. » Amelia s'adossa au mur, expirant lentement, fronçant les sourcils de peine. Une larme coula lentement le long de sa joue. Elle venait de sortir ses tripes, raconter à l'amour de sa vie comment elle s'était sentie pendant ces longues années. Au fond, elle ne savait pas ce qu'elle ne regrettait pas, car elle était partagée. Partagée entre accepter d'avoir quitté Kayla pour son propre bonheur, et regretter de l'avoir quitté, d'avoir quitté la seule femme qu'elle avait jamais aimée.

_________________








avatar
Je me présente,
Amelia L. B-Sheepard
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "I can feel again" Amelia L. Bowel-Sheepard /HOT Mer 7 Aoû - 19:18



Jouer avec mes atouts n'allaient sûrement rien donner mais pourtant, j'avais joué le jeu. Je l'aurais fait à un moment ou un autre et j'aurais pu aller plus loin. Mais je n'avais pas eu le cran d'aller plus loin en ce moment. C'était dur de lutter contre ce désir ardent qui me brûlait le corps, je rêvais d'épouser ses courbes avec mes mains délicatement, de l'embrasser et de découvrir à nouveau son visage. Bref, je voulais la connaître physiquement à nouveau. C'était dur devoir en venir à là pour pouvoir la dominer et monter au dessus du mal que ça me procurait de la voir si près de moi sans pouvoir la toucher ou quoi que ce soit.  Et d'ailleurs, c'est sans surprise que je me fis repoussée par ma Belle. Celle-ci me demanda d'arrêter, ce que je fis sur le champ ne voulant pas aggraver notre situation plus qu'elle ne l'était déjà. La jolie rouquine se mit à parler, parler longtemps, m'envoyant des mots, des phrases, des commentaires, des réponses à mes questions qui n'étaient pas sorties de mon esprit. Amelia avait le monopole de la discussion et je l'écoutai soumise à la jolie rousse. Elle était partie pour son rêve et avait préféré couper notre relation plutôt que de me voir souffrir. Elle avait eu le cran de le faire, comparé à moi qui me terrait dans une éventuelle possibilité de rester ensemble. Pourtant, elle m'expliquait pourquoi elle était partie, comment ça s'était passé dans sa tête et pourquoi elle avait préféré ne plus me parler. Ca me faisait du mal mais d'un autre côté ça me faisait du bien de savoir ça. Des larmes coulaient sur mes joues, des larmes de tristesse comme de joies. Amelia me parlait, me disait enfin ce qui avait pu se passer dans sa tête. Amelia était de retour et ça me suffisait amplement. Je pleurais car la jolie rousse que j'aimais était devant moi en train de répondre à toutes sortes de questions qui m'avaient possédées de jour comme de nuit. Je finis par m'asseoir le long du mur opposé en penchant la tête en arrière tout en continuant de l'écouter. J'étais apaisée par les révélations de ma bien aimée. Elle venait de me procurer un plaisir immense en me parlant ainsi. La regardant à nouveau quand elle parla de son retour au camp, je lui souris doucement n'étant pas sûre de mon geste. Quand elle eut fini de parler, les deux jeunes femmes avaient les larmes aux yeux. Je me relevai et me rapprochai d'elle doucement, sans gestes brusques cette fois-ci et essuyai la larme qui coulait sur sa joue. Tristement je lui souris et décidai de parler à mon tour. Seulement, je n'allais pas faire un long discours comme elle avait pu me le faire, non, loin de là. "Amelia... Merci. Tu m'as libérée des questions sans réponses qui me hantaient la nuit. Tu m'as libérée de ma terreur de ne plus te revoir. Je..." M'approchant d'elle à nouveau, je l'enlaçai tendrement puis déposai un baiser sur sa joue. "Je ne t'en veux pas..." Non, après toutes ces explications, je ne le lui en voulais pas, loi de là cette envie de lui en vouloir. Je l'avais pour moi à nouveau et rien était plus beau pour moi. Reprenant mes distances, je la regardai dans les  yeux et souris doucement. "Tu n'es plus la même physiquement, Amelia, mais pour moi tu restes toujours la fille dont je suis tombée amoureuse au cours de la quatrième et dont je ne peux plus me passer. Je crois que notre destin est lié, pour le meilleur mais aussi pour le pire." Cela pouvait ressembler à un pardon, comme à une nouvelle déclaration d'amour. Ma jolie rouquine pouvait interprêter cela comme elle le voulait. Pour l'instant, tout ce que je désirais, c'était l'avoir, la voir, la sentir, la toucher et profiter de ce moment avec elle. Elle était mienne. Voilà ce que je voulais lui faire comprendre. Mienne.

_________________


«Car mon coeur et le tien ne font qu'un »
K & A ▬ Je t’aime. J’aime absolument tout chez toi... Mais là j’ai besoin d’une chose, et j’peux pas la changer, ni te demander de changer, j’veux pas que tu changes.

(c) Myuu.BANG!

avatar
Je me présente,
Kayla R. Stenson-Lefèvre
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "I can feel again" Amelia L. Bowel-Sheepard /HOT Mer 7 Aoû - 19:19

Raconter ce qu'on a sur le cœur n'est pas facile. Jamais. Mais une fois que c'est fait, on a l'impression qu'un gros poids s'est soulevé de son cœur et on se sent bien. Amelia venait enfin se s'expliquer avec Kayla, lui dire ce qu'elle avait ressenti. Elle avait peur de voir comment elle allait réagir à ses paroles, mais au moins, elle l'avait dit. Elle espérait que bientôt, plus rien ne puisse faire barrière à leur amour et qu'elles retrouvent l'équilibre qu'elles avaient avant. Amelia s'adossa alors contre le mur, laissant des petites larmes perler au coin de ses yeux. Raconter tout ça lui avait fait revivre les mois passés, et c'était douloureux. Pour elle, mais aussi pour Kayla, qui s'approchait maintenant d'elle les larmes aux yeux, caressant la joue d'Amelia de sa main fraîche et douce, essuyant la larme qui venait de couler. Un sourire triste naquit sur ses lèvres tandis que Kayla prenait la parole. Elle la remercia de ses paroles et ne fit aucun geste de colère. Amelia fut un peu surprise, car elle s'attendait à un minimum de réaction. Mais il fallait croire qu'elle avait bien choisi ses mots et que cela suffisait à Kayla, qui après tout avait toujours cherché à la retrouver, à vivre avec elle, et elle seule. Kayla l'enlaça alors, et Amelia raffermit l'embrassade en un sanglot. Elle enfouit sa tête dans le creux de l'épaule de sa petite amie et laissa une vague de bonheur l'emporter. Elle ne lui en voulait pas, et c'était pour Amelia le plus beau cadeau qu'elle puisse lui faire. Il y avait enfin une chance pour qu'elles se retrouvent et qu'elles arrêtent de se disputer pour une époque passée. Kayla se détacha alors doucement de la rousse et la regarda dans les yeux en lui disant qu'elle était toujours celle qu'elle avait aimée, et qu'elles seraient liées à jamais. Face à cette déclaration, Amelia soutint son regard puis sourit, et s'élança au cou de Kayla en l'embrassant passionnément. Elle la colla au mur d'en face en prenant son visage entre ses mains, déposant des baisers sur ses lèvres, en murmurant avec répétition les trois mots qu'elle ne lui avait pas dit depuis si longtemps. Une fougue s'empara d'elle, et elle eut soudainement envie de rattraper le temps perdu et de caresser Kayla, de l'embrasser, et de lui faire l'amour pendant des heures. Les petits baisers se transformèrent en baisers passionnés, et tandis que Kayla répondait à sa passion, elle descendit ses mains sur ses hanches, la serra contre elle, comme si elle ne voulait plus jamais la laisser partir. Animées par une passion nouvelles, les deux jeunes femmes s'embrassaient et s'enlaçaient tout en se dirigeant vers la chambre, riant entre chaque baiser. Amelia retira le haut de Kayla et ressentit un frisson au contact de sa peau nue contre la sienne, une fois qu'elle avait jeté son t-shirt à terre. Les deux jeunes femmes s'allongèrent dans leur lit et Amelia prit le dessus sur Kayla, animée par une fougue passionnée. Elle descendit ses baisers dans son cou, le creux de ses épaules, ses seins, son ventre et défit son pantalon avec hâte, avant de revenir à embrasser sa bien-aimée sur les lèvres, les mains caressant ses belles hanches. En un instant, elle oublièrent toutes leurs disputes, elles retrouvaient leur complicité d'antan, et plus rien ne semblaient pouvoir les séparer. Elles appartenaient l'une à l'autre, et passeraient leur vie ensemble, pour le meilleur ou pour le pire.

_________________










Dernière édition par Amelia L. Bowel-Sheepard le Ven 16 Aoû - 20:42, édité 1 fois
avatar
Je me présente,
Amelia L. B-Sheepard
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "I can feel again" Amelia L. Bowel-Sheepard /HOT Mer 7 Aoû - 19:22



Amelia venait de lui faire un discours du pourquoi elle était partie, pourquoi elle en avait tant eu envie. Avec ses paroles, le cœur de la jolie brune s’était allégé, Kayla avait enfin une explication à toutes ses questions éternelles dans sa tête. La jeune femme était rassurée et elle pouvait enfin accepter sa petite amie à nouveau. Même si c’était encore dur, la professeur de français était heureuse de pouvoir affronter son regard et se sentir légère face à ses arguments. Puis… comme elle s’y était attendue, la jeune femme sentit les lèvres de sa douce sur les siennes. Un baiser langoureux, amoureux qui fit frissonner notre belle brune. Des papillons s’envolèrent dans son ventre et pas qu’un peu, comme une tempête. Ces sensations qui lui avaient tant manqué étaient de nouveau présentes. Ce baiser la prit de court et Kayla soupira de plaisir. C’était comme si c’était la première fois qu’elle revivait ça et pourtant… maintenant ce qu’elle avait envie c’était de pouvoir découvrir une nouvelle fois tout le corps de sa douce. Elle voulait épouser ses formes et caresser ce petit corps qui l’appelait. Se faire coincer entre le mur et sa petite ami, inutile de dire que cela vous donne des idées. Les sens de Kayla étaient en éveil total ! La jeune brunette ne pouvait pas décrocher ses lèvres des siennes et ses mains passaient tendrement sous son t-shirt pour caresser tout doucement ses hanches, son ventre, son dos, tout en relevant le haut d’Amelia. Entendre les trois mots que Kayla attendait depuis tellement longtemps la faisait frémir de désir. Elle voulait lui faire l’amour, retrouver cette complicité et surtout rattrapé les deux ans de séparations sans contact physique. Toucher de nouveau son corps lançait des décharges électriques dans le corps de la brunette. Les deux amantes étaient sur la même longueur d’onde et se dirigeaient vers la chambre entre rire et embrassade passionné. Elles furent vite dans cette fameuse chambre ou Kayla embrassait toujours d’une fougue énorme sa chère et tendre Amelia. La brunette se retrouva allongée sur le lit et sans son haut ainsi que sa petite amie également. Sentir son corps contre le sien, qui était nu, la fit soupirer de plaisir. Elle attrapa le visage de sa rouquine pour l’attirer à elle et l’embrasser passionnément. Elle y mit tout son amour et descendit une main le long de ses hanches pour déboutonner son pantalon. Cependant, sa petite Amelia prit le dessus et descendit ses baisers dans son cou, sur sa poitrine et descendit encore un peu, la jeune femme retint un petit gémissement de plaisir, puis attira de nouveau Amelia à elle pour l’embrasser encore et encore sans s’arrêter. Elle descendit ses baisers dans son cou pendant que ses mains se hâtaient à déboutonner son pantalon à son tour. Kayla glissa doucement sa main entre son pantalon et la petite dentelle qui s’y trouvait en dessous et finit par reprendre le dessus sur Amelia pour finir d’enlever son bas. La jeune femme retrouva les lèvres de sa douce puis laissa ses doigts courir sur une de ses hanches et descendit vers son bas ventre, puis par-dessus sa petite culotte laissa ses doigts caresser délicatement ce petit jardin secret auquel elle n’avait pas eu accès depuis deux ans. Kayla s’approcha de l’oreille de sa petite amie et lui souffla quelques petits mots, le souffle court. « J’ai envie de toi… » Juste pour faire monter les choses entre elle, puis la jolie brune regarda la jeune Bowel dans les yeux avec un regard pétillant et l’embrassa avec fougue et amour alors que ses caresses se faisaient un peu plus intense par-dessus cette dentelle qui commençait à être un peu de trop… A croire que tous leurs soucis venaient de s’évaporer en quelques instants. Les deux amantes étaient aux anges et cela ne faisait que commencer…

_________________


«Car mon coeur et le tien ne font qu'un »
K & A ▬ Je t’aime. J’aime absolument tout chez toi... Mais là j’ai besoin d’une chose, et j’peux pas la changer, ni te demander de changer, j’veux pas que tu changes.

(c) Myuu.BANG!

avatar
Je me présente,
Kayla R. Stenson-Lefèvre
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "I can feel again" Amelia L. Bowel-Sheepard /HOT Ven 16 Aoû - 20:40

Tu fermes les yeux. Tu n'as plus la notion du temps, du lieu ou de l'action. Comme dans une pièce de théâtre tu semble suivre un fil directeur que tu n'as pas suivi depuis longtemps. Ce fil qui avait failli se rompre de nombreuses fois. Ce fil d'amour qui te reliait à Kayla, l'amour de ta vie. Et c'est seulement maintenant que tu le réalises. Tu as passé tellement de temps à t'occuper de toi en Afrique que tu en as oublié de penser aux autres. A elle. Mais comme tu lui disais un peu auparavant, tu ne le regrettes pas. Et pourquoi ? Tu ne sais pas, c'est si confus dans ta tête que tu en perds tes sens. Ton esprit semble ailleurs, loin, mais ton corps est bien là, et tes pensées devraient suivre. Tu oscille entre ces deux mondes et tu ne sais pas lequel choisir. Comme une balance, tu pèse le poids de chaque côté, mais tu ne trouves rien. Tu te perds dans tes propres pensées. Pourtant tu veux être là, ton corps le dit pour toi, à caresser Kayla, à l'embrasser d'un passion fougueuse. Tu te laisse entraîner par vos gestes, tu as envie de te faire entraîner. Tu reviens à la réalité, tu murmures des trois mots si vrais et pourtant si faux. Mais que t'arrives-t-il ? Tu te laisses aller.

Tu finis par revenir à la réalité, ces frissons qui parcourent ton corps t'y ramènent et tu réalises que c'est elle que tu veux, c'est elle l'amour de ta vie. Pas tes photos, pas l'Afrique, pas les voyages. Elle. Alors tu soupires de plaisir, tu sens sa main contre ton entre-jambe et tu te cambre de bonheur, tu la sens revenir vers toi, te chuchoter à l'oreille qu'elle a envie de toi. Ca y est, tu es revenue, tu as décidé, c'est avec elle que tu passeras le reste de ta vie, tu le sais. Tu l'embrasses alors avec passion, vous êtes à présent nues sur le lit, ce lit qui n'as pas connu votre étreinte depuis deux ans, et tandis que sa main reste là où elle était, tu gémis de plaisir et tes lèvres parcourent sa peau, sur sa joue sa nuque, tes mains se balladent sur son corps et tu les crispe, quitte à la griffer. Tu prends alors le dessus et tu la retourne, vos regards se rencontrent et tu lui souris, scellant à jamais votre amour. Tu lui embrasses les lèvres et puis tu descends, tu descends jusqu'à rencontrer le bas de son ventre, et ton corps bouillonne de plaisir. Tu n'as pas ressenti ça en deux ans, et tu laisses ces petits cris de plaisir, ses soupirs sortir de ta gorge et ceux de la brune t'excitent encore plus. Dans un même cri vous unissez votre amour et tu sens que c'est là que tu appartiens.


**

Vos mains sont entrelacées, vous êtes encore nues sous le drap du lit qui vient de revivre votre amour. Tu lui caresse la main avec tes doigts, elle a la peau douce. Tu en vient à réfléchir sur ce qui t'as fait aimer les femmes. Est-ce simplement à cause de Liam ? Ou n'était-ce que l'élément déclencheur de quelque chose avec laquelle tu es née ? Tu fixes le plafond et tu y rélféchis. Depuis ce qui s'est passé, tu ne fais plus confiance aux hommes, tu les méprise. Pourtant tu en connais quelques-un, des biens. Seulement quelques-uns ont du gagner ta confiance, certains essayent encore. Pourquoi n'arrives-tu pas à avancer ? Pourquoi te sens-tu encore entre deux mondes ? Tu fermes les yeux, tu soupires, tu essaye de faire le vide dans tes pensées. Mais quoi que tu fasse, quoi que tu te dises, ton passé en Afrique te reviendra toujours en mémoire. Il va falloir que tu vives avec, que vous viviez avec. Kayla t'as peut-être pardonnée, mais t'es-tu pardonnée à toi-même ? La question est là. Et pour l'instant tu ne peux pas y répondre. Pour l'instant tu profite du moment, tu décide de vivre la vie au jour le jour, de ne pas penser au futur. Carpe Diem.

_________________








avatar
Je me présente,
Amelia L. B-Sheepard
profil +
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "I can feel again" Amelia L. Bowel-Sheepard /HOT

Je me présente,
Contenu sponsorisé
profil +
Revenir en haut Aller en bas

"I can feel again" Amelia L. Bowel-Sheepard /HOT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla» (D5) here's some advice. (CASTIEL & AMELIA)» Amelia Pevensie» Rosemary > Can you make it feel like home ?
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
better than revenge ::  :: quartiere blu del mare :: A. B-Sheepard & K. S-Lefèvre-
Sauter vers: